Marie-Noëlle, grand-mère et marraine !

Avec Marie-Noëlle, le parrainage est une aventure familiale qui traverse les générations : elle a connu Vision du Monde grâce à Valérie, sa fille, et transmet son histoire à ses petits-enfants, Andréa, qui a 7 ans, et Rafael, qui a 3 ans.

Elle parraine aujourd’hui deux enfants au Sénégal, pays qu’elle affectionne particulièrement :
Amath qui a 13 ans vit dans la région du Sud Sahel, au sud-ouest du Sénégal. Ses parents sont agriculteurs, et Mariama qu’elle parraine depuis 2019. Sa filleule a 6 ans et vit aussi au Sénégal, dans la région de Tambacounda, au sud-est du Sénégal, dans le programme de Nettéboulou.
 

Comment vis-tu les parrainages d’Amath et Mariama ?

Je vis ces parrainages avec beaucoup d'enthousiasme. Je n'attends pas de recevoir un courrier de Vision du Monde pour me rappeler que ce sera bientôt leurs anniversaires ou Noël ; j'anticipe toujours : j'ai déjà moi-même acheté une jolie carte que je joindrai à celle de Vision du Monde, j'ai pensé au petit cadeau que je pourrai mettre dans l'enveloppe.

J'agis avec eux comme j'agis avec tous ceux que j'aime. J'ai envie de les gâter. Je pense très souvent à eux. 

Lorsque je reçois un courrier de l'un d'eux, je suis comme une enfant, j'ouvre vite l'enveloppe pour découvrir les dernières nouvelles et peut-être une photo récente. Lorsqu'ils me remercient des petits cadeaux qu'ils ont reçus, ça laisse transparaître tellement d'émerveillement, de joie, que ça me comble énormément.
 

Frise d'Amath

De quelle façon te sens-tu utile à travers le parrainage de tes filleuls ?

Pourquoi ces familles ne vivraient-elles pas avec le confort aussi ? Certes, le confort, dans la culture de leur pays, ce n'est pas leur offrir un home-cinéma, mais c'est aller chercher de l'eau aux bornes fontaine à proximité, plutôt que de parcourir des kilomètres ou de s'épuiser à remonter l'eau d'un puits. 

Chaque année, je reçois un rapport qui m'informe de l'évolution de mes filleuls, de leur santé : je contribue à ces étapes de leurs vies respectives ; ce sont deux exemples qui justifient l'utilité du parrainage.
 

Portrait de Mariama

Pourquoi avoir eu envie de parrainer un second enfant ?

L'envie de parrainer un deuxième enfant trottait dans ma tête depuis un petit moment. C'est en voyant grandir ma petite fille Andréa, que je me suis décidée. Une petite fille heureuse, équilibrée, choyée, à qui il ne manque rien. J'ai imaginé qu'elle pourrait avoir une petite sœur de cœur, là-bas, au Sénégal. 
Je vis décemment, et un don mensuel n'allait pas bouleverser mon quotidien, mais pouvait, en revanche, aider au quotidien de cette petite Mariama qui est donc devenue ma filleule. 

Pourquoi avoir choisi de parrainer un enfant au lieu de par exemple faire un « simple » don à une association ?

Lorsque j'envoie un don, c'est évidemment une bonne action, mais, à mes yeux, ce n'est pas concret. Je m'interroge sur l'utilisation de cet argent. En parrainant un enfant, c'est à l'inverse très concret. Je sais que ma contribution aide une famille, un village, et j'ai les résultats et la preuve de la bonne utilisation de l'argent que j'envoie. 

Qu’est-ce que le parrainage t’apporte de plus ?

Le fait de savoir, que c'est un peu grâce à moi qu'un village aura accès à l'eau potable, que les enfants auront un suivi médical, qu'ils pourront aller à l'école, qu'en parrainant un enfant, j'en aide plusieurs grâce à l'approche communautaire, cela me rend heureuse. C'est très important de les soutenir : les conditions dans lesquelles ils vivent, ne sont pas celles que nous connaissons ici, et leur apporter un minimum de confort et de réconfort est source de bien-être pour moi.

Comment ta famille prend elle part à cette aventure ?

Si je parraine aujourd'hui des enfants, c'est grâce à ma fille qui m'a fait découvrir Vision du Monde, il y a bientôt 18 ans. Elle-même parraine une enfant en Bolivie. Mon fils et ma belle-fille ont aussi participé à cette aventure durant plusieurs années. Donc mes enfants savent ce que cela représente de parrainer un enfant, et partagent bien naturellement l'enthousiasme de mes parrainages.

Et puis, maintenant, c'est ma petite Andréa qui s'investit avec moi dans cette aventure du parrainage de Mariama. Elles n'ont que peu de différence d'âge. Andréa s'enquiert très fréquemment de savoir comment va Mariama. Elle lui a déjà fait des dessins, et a choisi des petits cadeaux pour elle. Notre rêve à toutes les deux…? Aller au Sénégal un jour découvrir le lieu de vie de Mariama !

Rafael, mon petit Loulou, grandit ; je songe déjà à un autre petit garçon de son âge qui pourrait devenir mon troisième filleul, et auquel nous pourrions aussi aller rendre visite un jour… À suivre ! 

Que dirais-tu à une personne qui hésite à parrainer un enfant avec Vision du Monde ?

Je lui dirais… "Mais pourquoi hésitez-vous ? Je ne peux que vous donner de bonnes et de belles raisons de sauter le pas ! C'est une très belle aventure que vous ne regretterez pas !
Pensez au bonheur que vous allez apporter à un enfant, à sa famille, juste avec quelques euros mensuels et des petites attentions. Hormis l'amélioration de la condition de vie d'une famille, d'un village, imaginez juste le sourire d'un enfant lorsqu'il recevra une lettre, un petit cadeau… cela doit vous suffire à franchir le pas du parrainage ! "

Alors, la belle histoire de Marie-Noëlle vous a convaincue ?