Une marraine tout terrain

Laurence et la famille birmane

Laurence habite à Angers et travaille dans l’informatique. Depuis octobre 2016, elle parraine une petite fille birmane. Cette marraine au grand cœur a connu la joie de rencontrer sa filleule de 8 ans, un moment qui restera gravé dans sa mémoire. 

 

Dès le début du parrainage et la réception des premières lettres, j’ai eu envie de mieux connaître ma filleule et de la rencontrer ! Dans sa troisième lettre, elle aussi a émis le souhait de me rencontrer. 

Un an après le début de mon parrainage, je m’envolais pour la Birmanie. Le mois de novembre est la meilleure période pour aller en Birmanie. C’est la fin de la saison des pluies et ce n’est pas une période de vacances ou d’examens scolaires pour les élèves. Les Birmans appellent le mois de novembre « le mois des Français ». 

J’ai commencé mon voyage par un circuit touristique pour connaître le pays de ma filleule. Je voulais m’imprégner de ses coutumes et découvrir le bouddhisme, ma filleule et sa famille étant bouddhistes. Cela me semblait important pour avoir un comportement respectueux et ne pas faire d’impair. 

À l’époque, la Birmanie était encore un pays peu connu qui s’ouvrait tout juste au tourisme. Les paysages sont absolument magnifiques et les Birmans tellement souriants et accueillants. C’est un dépaysement total. 

Arrive le grand jour, le jour où je rencontre ma filleule ! Nous nous rencontrons dans les locaux de Vision du Monde, à Dagon Seikkan. Je souhaitais me rendre dans le programme pour connaître l’environnement dans lequel vit ma filleule et sa famille.

Une fillette de 8 ans s’est approchée timidement de moi, elle était très impressionnée et se cachait derrière son grand-père. Je les ai salués à la birmane* avant d’ouvrir grand les bras. Et là, après un rapide regard vers son grand-père, elle est venue se blottir dans mes bras. J’étais tellement émue… 

*Le salut à la birmane consiste à coller ses paumes de main et à les mettre devant le visage, puis on baisse la tête en disant « Mingalabar » qui veut dire « bonjour » en birman.

Laurence et sa filleule
Échange de cadeaux

J’avais apporté des cadeaux pour ma filleule et sa famille mais j’ai été très touchée d’en recevoir également. J’ai reçu un magnifique tableau de Bagan en pierres. Bagan est un site touristique grandiose de la région de Mandalay abritant de nombreuses pagodes. Nous avons longuement discuté, nous avions toutes les deux beaucoup de questions à nous poser.

Nous sommes ensuite allés visiter deux écoles dans le village. J’ai pu voir les méthodes d’enseignement destinées aux tout-petits. Dès la maternelle, ils apprennent l’anglais et l’alphabet en chanson. J’ai été très surprise en entendant les enfants chanter « Frère Jacques » en birman. J’ignorais que c’était une chanson internationale.

Nous avons partagé un repas typiquement birman et fait quelques courses dans un hypermarché identique aux hypermarchés français (des vêtements, un cartable, un jouet, de la nourriture pour ma filleule et des cahiers birmans, des raquettes et des volants de badminton et bien sûr des bonbons pour les enfants du village). 

Il a ensuite fallu se dire au revoir. La journée est passée à une vitesse folle. J’étais tellement émue et heureuse car mon désir de rencontrer ma filleule s’était enfin concrétisé. C’est une petite fille absolument adorable et si attachante. 

Rencontre inoubliable, journée extraordinaire, grand moment de partage et d’émotion, voilà comment je décrirais ma rencontre avec ma filleule. Cette journée n’aurait pas été possible sans l’équipe parisienne de Vision du Monde – qui m’a énormément aidée pour l’obtention de mon visa – et sans l’équipe birmane qui traduisait l’anglais et le birman et grâce à qui on ne ressent pas la barrière de la langue. 

Ce parrainage est un souhait très fort de ma part et un projet mûrement réfléchi, il donne un nouveau sens à ma vie. C’est une belle démarche d’aider une petite fille, sa famille mais également son village. Le parrainage est un échange humain enrichissant entre deux cultures très différentes. 

Je conseille aux parrains de partir à la rencontre de leur filleul s’ils le peuvent car cette rencontre nous a beaucoup rapprochées. Je n’ai qu’une envie : y retourner ! La Birmanie est et restera le plus beau de tous mes voyages. 

Supermarché

Merci à Laurence de nous avoir fait partager ce touchant témoignage et n’hésitez pas à découvrir nos programmes en Birmanie et dans le monde !

 

 

Vous aussi, changez la vie d'un enfant grâce au parrainage.