close

This option is currently not available

Close close
enfants refugies au liban

Aider les migrants et les réfugiés

Les déplacements de populations, qu’ils soient causés par des conflits politiques ou les effets du changement climatique, touchent des millions de personnes à travers le monde. Comprendre ces causes est essentiel pour fournir une aide appropriée aux migrants et aux réfugiés.

Migration forcée : comprendre les causes profondes des déplacements de populations

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le déplacement forcé désigne le fait qu’une population ait « été forcée, en raison des guerres, des conflits et de la persécution, de fuir son foyer en quête de sécurité quelque part dans son pays ou dans un autre pays ». En 2022, près de 110 millions de personnes ont été touchées par le déplacement forcé.


Réfugiés politiques

Les réfugiés politiques sont des personnes qui fuient leur pays d'origine en raison de persécutions politiques, de conflits armés, de violations des droits de l’homme ou d’autres formes de violence. Ces individus sont souvent victimes de discriminations, d’arrestations arbitraires, de tortures ou de menaces de mort en raison de leur appartenance politique, de leur opinion ou de leur identité.
Les migrants peuvent accéder au statut de réfugié politique dans de nombreux pays et bénéficient ainsi de la protection internationale régie par la Convention de Genève de 1951.


Déplacés climatiques

Les déplacés climatiques désignent des personnes contraintes de quitter leur lieu de résidence en raison des effets néfastes du changement climatique. Ces personnes sont souvent confrontées à des conditions environnementales extrêmes telles que les sécheresses, les inondations ou encore les tempêtes. En conséquence, elles perdent leurs moyens de subsistance, leurs terres agricoles et sont souvent confrontées à une insécurité alimentaire croissante et exposées aux maladies hydriques.
Face à la détérioration de leur lieu de vie, les victimes des effets du changement climatique cherchent des conditions de vie plus sûres en se déplaçant dans leur propre pays ou en allant chercher refuge à l’étranger. Cependant, le statut de “réfugié climatique” n’a pas de reconnaissance juridique spécifique.

Population déplacée par les méga-projets

Lorsque des méga-projets de développement sont mis en œuvre, les populations vivant dans les zones concernées sont souvent contraintes de quitter leur foyer et leurs terres ancestrales. Ces déplacements de populations forcés peuvent être dus à l’expropriation de terres, à la destruction de logements ou à la dégradation de l’environnement local. Les personnes touchées, si elles ne sont pas prises en charge, se retrouvent alors souvent sans ressources adéquates, privées de leur moyen de subsistance et de leur stabilité sociale.

La réalité des migrants : les difficultés et les espoirs à travers le monde

Un voyage périlleux

Les personnes contraintes de quitter leur pays d'origine se lancent dans des voyages souvent longs et dangereux, en particulier lorsqu’elles doivent traverser des zones de conflits armés ou des régions contrôlées par des groupes criminels. Les migrants sont exposés à des risques tels que la violence, les extorsions, les enlèvements et les abus sexuels. Ces derniers font souvent face à des passeurs sans scrupules, prêts à profiter de leur situation à des fins pécuniaires.

Les migrants doivent parfois parcourir de longues distances à pied, en véhicules surchargés, ou même traverser des mers et des océans sur des embarcations fragiles. Les risques de naufrage et de noyade sont malheureusement fréquents. De nombreux migrants sont également confrontés à des conditions de vie inhumaines dans des camps de transit ou des centres de détention, manquant d'accès à l’eau potable, à des soins médicaux adéquats et à des conditions sanitaires décentes.


À la recherche d’un avenir loin de chez soi

Malgré ces dangers, les migrants gardent souvent l’espoir d'une vie meilleure dans laquelle ils puissent trouver la sécurité, la stabilité, l'emploi, l'éducation et la possibilité de reconstruire leur vie dans un nouvel environnement.

Cependant, loin de chez eux, les migrants sont confrontés à plusieurs obstacles tels que la barrière de la langue, la discrimination, la marginalisation et la difficulté à trouver un emploi adapté à leurs compétences et à leurs qualifications. L’intégration dans un nouvel environnement culturel et social peut alors représenter un défi significatif. Les migrants doivent souvent faire face à des difficultés d'adaptation, à la solitude et à l’isolement.


Réunification familiale : les obstacles et les espoirs

La séparation familiale peut être la conséquence d’une fuite précipitée, de conflits, de politiques migratoires restrictives ou des circonstances imprévues. La réunification familiale est alors souvent un processus complexe. Les migrants doivent faire face à la complexité des procédures administratives strictes en matière de documentation, de preuves de parenté et de moyens financiers pour pouvoir parrainer leurs proches. Les procédures peuvent être longues, bureaucratiques et coûteuses, ce qui rend difficile l'obtention des visas et des autorisations nécessaires pour se retrouver.

Les migrants forcés font face à des défis supplémentaires lorsque leurs proches se trouvent dans des pays en situation de conflit ou instables politiquement. Les contrôles aux frontières, les restrictions de voyage et les conditions de sécurité précaires rendent souvent difficile voire impossible la réunification familiale dans ces contextes.

 

Témoignages

Les migrants sont souvent confrontés à des conditions de vie précaires dans les camps ou les quartiers informels où ils trouvent refuge.

En Moldavie, une réfugiée ukrainienne évoque les difficultés à trouver du travail : « Les femmes âgées tombent malades et n'ont pas la possibilité de travailler. Les femmes d'âge moyen ont des enfants ou des nièces et des neveux qui ne peuvent pas être laissés seuls ».

L’accès aux services de base tels que l’eau potable, les soins de santé et l’éducation peut être limité, ce qui expose les personnes déplacées à des risques accrus de maladies, de violence et d'exploitation.

En Afghanistan, une femme de Badghis déclare : « Nos tentes s'effondrent et nous ne pouvons pas les garder au chaud. L'année dernière, dix enfants sont morts dans le camp à cause du froid et de la malnutrition. »

La santé mentale des personnes réfugiées est également très fragile. Le stress parental a notamment de lourdes conséquences sur les relations familiales et certains parents ont tendance à recourir à la violence physique avec leurs enfants.

À Idleb, en Syrie, Fawziya déclare : « Je suis très stressée par la situation de déplacement et je suis souvent violente envers mes enfants, je me sens impuissante ».

Une situation partagée par Nadira, réfugiée au camp de Sarmada : « Hier je m’en suis prise à ma petite-fille, j'étais en colère parce que je n'avais pas d'argent pour acheter de l'huile et du sucre ».

Rawda, syrienne de 55 ans, raconte : « Avant, nous vivions dans notre village entourés de nos amis et de nos proches qui étaient toujours prêts à aider. Maintenant, nous sommes laissés seuls et nous essayons de tout faire par nous-mêmes. Nous sommes résilients, mais nous sommes aussi très vulnérables. »

 

 


Nos projets pour venir en aide aux réfugiés

L'ONG Vision du Monde, à travers la fédération World Vision International, est engagée depuis de nombreuses années dans l’assistance et la protection des réfugiés et des enfants à travers le monde. En étroite collaboration avec les communautés locales, les autorités et avec le Programme Alimentaire Mondiale (PAM), nous mettons en œuvre divers projets visant à répondre aux besoins des réfugiés et à améliorer leur situation.

Dans le domaine de l’aide d'urgence, notre priorité est d'assurer aux réfugiés un accès immédiat à de l’eau potable, à des abris temporaires, à des installations sanitaires et à une assistance médicale. Nous fournissons également une aide alimentaire d'urgence pour répondre aux besoins nutritionnels des réfugiés, en particulier ceux qui sont les plus vulnérables, tels que les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées.

En parallèle, nous nous attachons à promouvoir l’accès à l’éducation pour les enfants réfugiés. Nous savons que l'éducation est un outil essentiel pour leur permettre de se reconstruire et de développer leurs compétences malgré les circonstances difficiles. Nous mettons en place des programmes éducatifs adaptés aux besoins spécifiques des réfugiés, en fournissant du matériel, en créant des espaces d’apprentissage sûrs tels que les Espaces Amis des Enfants et en formant des enseignants qualifiés.

Les Espaces Amis des Enfants (Child-Friendly Space) sont utilisés dans des contextes d’urgence pour protéger et fournir un soutien psychosocial aux enfants en temps de crise. Ces espaces dédiés sont conçus pour apporter un environnement sûr où les enfants peuvent jouer, apprendre et interagir avec leurs pairs tout en recevant les soins, l’écoute et l'attention dont ils ont besoin pour faire face aux défis auxquels ils sont confrontés. Notre ONG recrute des psychologues et du personnel enseignant pour assurer un suivi et proposer des ateliers divers (musique, coloriage, sciences…) afin d’allier le pédagogique et le ludique, en faisant passer des messages aux enfants afin qu’ils connaissent leurs droits.

Au sein de Vision du Monde, notre objectif est d’apporter un soutien complet et holistique aux réfugiés, en leur offrant des opportunités pour reconstruire leur vie.