Joseph Manytai

Joseph : d’enfant soldat à travailleur humanitaire

Témoignage

Les enfants soldats désignent l’ensemble des mineurs recrutés par des forces armées gouvernementales ou des groupes rebelles en vue de participer aux conflits dans le monde entier. Véritable violation de la Convention relative aux droits de l'enfant (CIDE), cette pratique est pourtant encore une réalité pour de nombreux enfants.

À l’occasion de la Journée Internationale des enfants soldats, le 12 février, découvrez l’histoire de Joseph, enfant soldat devenu intervenant d’urgence pour World Vision, en partenariat avec Vision du Monde dans le cadre de la protection de l'enfance.

L’histoire de Joseph, enfant soldat en Afrique

Au Soudan du sud, alors que la guerre civile ravage le pays, Joseph n’a que 10 lorsqu’il est recruté pour rejoindre un groupe armé. Il suit alors un programme d’entraînement d’un an auprès des combattants.

« C'était contre mon gré mais chaque famille était réquisitionnée, et ceux qui n’avaient pas d’enfants devaient donner cinq taureaux. J’étais bien évidemment contre mais je n'avais pas le choix. »

Il est très difficile de connaître le nombre d’enfants enrôlés dans des conflits à travers le monde. Cependant, selon UNICEF, plus de 6000 enlèvements d’enfants par des groupes armés ont été recensés depuis 2013 au Soudan du Sud.

Joseph, lui, a pu s’en sortir. En 1992, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a libéré plusieurs enfants soldats afin de les mener au camp de réfugiés de Kakuma. Joseph, qui en faisait partie, a alors pu se rendre à l'école et suivre une scolarité presque normale.

Un travail difficile durant la pandémie de COVID-19

Pour Joseph, le plus dur a été la période de confinement provoquée par la pandémie de COVID-19 :

« En juin 2020, il n'y avait que moi et un autre collègue, Peter Wenesayo, pour distribuer la nourriture à plus de 15 000 personnes. Nous devions normalement être six membres du personnel sur le site d'Udier. »

Joseph et son collègue ont alors sacrifié leurs pauses pour continuer la distribution jusqu'au soir afin que chacun puisse s'approvisionner en nourriture. « Pendant sept jours, nous avons travaillé, vérifié les cartes et distribué de la nourriture, craignant que les gens, surtout les enfants, ne souffrent de la faim si nous nous arrêtions. »

Alors qu’il rêvait de devenir agriculteur lorsqu’il était enfant, Joseph est reconnaissant de pouvoir travailler dans un programme d'aide alimentaire qui reste lié à son rêve et qui contribue à améliorer les conditions de vie dans son pays.

« J'ai réalisé que nous pouvons surmonter les défis même dans des environnements très hostiles. Je suis fier de la confiance que World Vision m'accorde au quotidien. »

Pour Vision du Monde, avec le partenariat World Vision, première association de parrainage d'enfants au monde, assurer la protection des enfants et aider chacun d’entre eux à construire un avenir et à s’épanouir est primordial.

Vous pourriez aussi être intéressé par…