respect des droits des enfants

Journée internationale des droits de l’enfant

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE)

"Adopté à l’unanimité par l’Assemblée Générale des Nations unies en 1989, ce traité international a pour objectif de protéger les droits des enfants du monde entier, il déclare qu’on ne peut vivre en paix sans que leurs droits ne soient respectés."

Les enfants sont parmi les plus vulnérables, la Convention internationale relative aux droits de l’enfant affirme qu’il est de notre devoir de protéger leurs droits et de respecter leurs libertés.

Accordant aux enfants un statut qui leur garantit un meilleur avenir, la CIDE est un des traités internationaux les plus largement et rapidement ratifiés, seuls les États-Unis se sont abstenus. La France a quant à elle ratifié la Convention dès le 7 août 1990, ce qui en fait le deuxième pays d’Europe à l’avoir appliquée.

Les États signataires garantissent ainsi à chaque enfant des droits et s’engagent à les défendre. Pour la première fois, ce texte est juridiquement contraignant, les États l’ayant ratifié ont l’obligation de protéger les droits fondamentaux des enfants, même si cela demande de modifier certaines lois nationales.

Le Comité des droits de l’enfant veille à ce que tous les États signataires respectent bien la Convention internationale des droits de l’enfant.

Les droits garantis par la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE)

La Déclaration de Genève sur les droits de l’enfant de 1924 stipule que « l’humanité doit donner à l’enfant ce qu’elle a de meilleur ». La Convention des droits de l’enfant va encore plus loin et reconnaît la valeur considérable de la vie d’un enfant.

Parce qu’ils sont des personnes à part entière, la CIDE leur donne des droits humains ayant pour vocation de les protéger :

  • Le droit à la vie et à la dignité.
  • Le droit à une identité et à une nationalité.
  • Le droit de vivre avec ses parents, d’être entouré et aimé.
  • Le droit de jouer et de se reposer.
  • Le droit à la liberté d’expression.
  • Le droit d’aller à l’école.
  • Le droit d’être soigné.
  • Le droit à une alimentation appropriée.
  • Le droit à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social.
  • Le droit d’être protégé contre toute maltraitance – esclavage, excisions, violences physiques et morales, etc.
  • Le droit d’être protégé contre les conflits armés.
  • Le droit, pour les enfants réfugiés, d’être secourus.
  • Le droit, pour les enfants handicapés, de mener une vie décente.
  • Le droit, pour les enfants issus de minorités, de vivre selon leur propre culture.

La Convention internationale des droits de l’enfant consacre quatre principes fondamentaux pour le respect de ces droits : la non-discrimination, l’intérêt supérieur de l’enfant, le droit à la vie et le respect de l’opinion des enfants.

Bref historique des droits de l’enfant

Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle qu’émergent des réflexions sur les droits de l’enfant. On commence à envisager que les enfants puissent avoir des droits, ils sont alors considérés comme des personnes ayant besoin de protection. Pour la première fois en Europe, le travail des enfants est réglementé par des lois et la scolarisation devient peu à peu obligatoire.


La Société des Nations créé en 1919 un comité de protection de l’enfance et, 5 ans plus tard, elle adopte la Déclaration dite de Genève, le premier texte fondateur sur les droits de l’enfant.


Suite à la création de l’ONU, la question des droits de l’enfant fait de grandes avancées. En 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme stipule que « la maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une protection spéciales. ».

Onze ans plus tard, l’ONU rédige la Déclaration relative aux droits de l’enfant, qui reconnaît l’enfant comme un sujet de droit.

Et le 20 novembre 1989, la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) est adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies. Depuis, des protocoles facultatifs viennent renforcer la Convention sur différentes problématiques telles que la prostitution, la vente d’enfants ou les enfants soldats.

La CIDE est aujourd’hui ratifiée et respectée par 196 États membres des Nations unies.

Ensemble, protégeons les enfants et luttons pour défendre leurs droits.

Nos actions pour protéger les droits de l'enfant