Combien d'enfants forcés de quitter leur pays ?

enfants-refugies-enfance-sans-violence

Conflits de guerre, famine... Nombreuses sont les causes qui poussent les populations à quitter leur maison, pour leur survie.

Ouganda

 

 

 

Plus de 2000 réfugiés arrivent tous les jours en Ouganda depuis juillet 2016. Fuyant notamment le Sud Soudan, où les conflits politiques règnent depuis 2013 et la récente crise alimentaire contraint plus d'un million d’enfants à quitter le pays pour survivre. Aujourd'hui, on compte plus de 800 000 réfugiés dont 59% d'enfants.

 

 

 

Blessing, 12 ans

"Nous avons fuit dès que nous avons entendu les tirs. Je ne sais pas ce qui est arrivé à mes 9 frères et soeurs ni à mes parents.

Je me suis retrouvée avec ma tante et nous avons fuit, nous nous sommes à peine arrétées pour nous reposer. On voulait arriver en Ouganda le plus vite possible.

Mes parents me manque, mes frères et soeurs aussi; même nos chèvres et notre terre me manque. Tout ce que j'ai laissé dans mon pays me manque. Je rêve de revoir mon pays et mes parents."

 

 

 

Alors qu'elles fuyait le Sud Soudan avec sa tante, Blessing nous raconte avoir vu d'innombrables corps sur son chemin. Le peu de nourriture qu'elle a pu manger venait des autres réfugiés qui fuyaient avec elle et qui partageaient leurs vivres.

 

Elle vit aujourd'hui à Bidibidi, dans le plus grand camps de réfugiés d'Ouganda.

 

Blessing, avec les autres enfants réfugiés et ougandais (soit plus de 1 300 enfants) bénéficient et participent à des activités misent en place par Vision du Monde dans les différents village et qui tournent autour des thèmes de la paix et des droits des enfants.

 

 

 

 

Syrie

 

 

Les enfants réfugiés sont au coeur du conflit et en sont les premières victimes :
5,8 millions d'enfants ayant besoin de protection
3,7 millions d'enfants en Syrie n'ont connu que la guerre depuis leur naissance
Ils sont déplacés avec violence et fuient, parfois orphelins, avec le souvenir douloureux d'une guerre destructrice et terrible.

 

 

Hani, 8 ans, réfugié syrien

Hani a 8 ans, il vit aujourd'hui au Liban, dans un petit espace qu'il partage avec ses parents, son frère et sa sœur. Il nous raconte ce qu'il a vécu en Syrie :

"Une nuit, après une autre attaque, mon oncle et mon cousin sont descendus pour réparer l'électricité. A ce moment là, une roquette a fait trembler le sol de la maison et mon cousin est mort électrocuté, mon oncle s'est fait tiré dessus alors qu'il remontait les escaliers pour nous rejoindre."

 

 

 

Hani est aujourd'hui l'un des nombreux enfants réfugiés dans un camp au Liban. Face aux horreurs qu'il a vécu, sa vie ne sera plus jamais la même, son enfance est brisée. 

 

 

 

 

 

Les dangers auxquels sont exposés les enfants réfugiés sont nombreux :

 

  • Génération perdue à cause du manque d'accès à l'éducation
  • La malnutrition et le manque d'accès aux soins médicaux
  • Difficulté d'intégration dans les pays d'accueil
  • Un taux de mortalité infantile en croissance
  • Reproduction de la violence dont ils ont été témoins ou qu'ils ont eux-même subit
  • Mariages précoces
  • Exploitation

 

 

Pour une #EnfanceSansViolence, Vision du monde s'engage à apporter une réponse immédiate et à :

 

  • Donner accès à l'eau potable et à une aide alimentaire 
  • Soutenir financièrement les familles afin de leur permettre d'accéder aux services de santé
  • Réduire le travail des enfants et l'exploitation en faveur de la scolarisation
  • Fournir un soutien psychologique et social

 

Centre d'éducation pour les enfants réfugiés syriens de 3 à 6 ans au Nord du Liban

 

Par exemple, l'année dernière Vision du Monde a permis de réduire la souffrance de 2,3 millions de personnes, dont plus de 1 180 000 enfants en Syrie et dans les pays voisins :

 

  • Au Liban, 51% des familles qui bénéficient d’aide financière consultent un médecin lorsque leur enfant est malade, contre 46% pour les familles qui n’en bénéficient pasCes programmes financiers permettent aussi de réduire le travail des enfants en faveur de l’éducation : chez les non bénéficiaires, 13% des familles ont un enfant qui travaille, alors que cette proportion baisse à 7% chez les familles bénéficiaires

 

  • Les équipes des espaces d’enfants ont évalué une amélioration des symptômes psycho-sociaux chez 57% des enfants ayant suivi un cycle d’éducation non formelle. Pendant le mois de Février, 635 enfants de 5 à 18 ans ont participé à des cours de mathématiques ou d’anglais, mais aussi du sport, du théâtre, de la peinture, de la musique et 9 écoles ont été soutenues dans 2 camps, permettant à 7000 enfants d’assister au cours.

 

  • Près de 41 000 réfugiés syriens dont 23 000 enfants ont bénéficié de sessions d’hygiène et la distribution d’eau. En Syrie, plus de 10 500 personnes ont été traités à l’hôpital d’Atmeh pour le seul mois de Février 2017

 

  • 1200 couvertures, 550 kits d’hygiène, 782 radiateurs, 500 sets de cuisine et 600 couvertures ont été distribuées aux personnes déplacées dans le Nord de la Syrie. En Irak, 1 190 tonnes de nourriture ont été distribués en 10 jours à 35 000 familles et 173 000 personnes seules

 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vous pourriez aussi être intéressé par ...