L’histoire de parrainage de Nancy

 « Les rencontres dans la vie sont comme le vent. Certaines nous effleurent juste la peau, d’autres nous renversent ». Nathan Malory
Voici comment nous pouvons décrire l'histoire de Georgie, une marraine australienne qui, en 1994, a eu un impact significatif sur la vie de Nancy et de sa communauté au Kenya.
 

Un parrainage, une rencontre : découvrez l'histoire de Nancy et de sa marraine Georgie !

Une enfance difficile

Cette année-là, suite à la séparation de ses parents, Nancy s’est installée avec sa mère, ses frères et sœurs à Lodiarak. 
« Je viens d’une famille brisée. Il n'y avait pas d’amour, mon beau-père n’a jamais été présent pour nous. Toutes les filles de ma communauté étaient déjà mariées malgré leur jeune âge. Il ne restait plus que moi. » 
Au sein de la communauté de Nancy, étudier ne faisait pas partie des normes, c’était même mal vu. Lorsque Nancy a eu 11 ans, World Vision a ouvert un programme de parrainage. Elle devient alors la filleule de Georgie
 

Le parrainage : un tournant dans la vie de Nancy

Nancy se souvient encore du jour où elle a reçu la première lettre de sa marraine. Ce jour-là est née une indéfectible amitié. « Je me souviens d’une lettre où elle disait : ta photo est dans ma chambre, chaque fois que je me réveille, je vois ton beau sourire. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte qu’il y avait réellement quelqu’un qui tenait à moi et qui pensait à moi. »  

De l’ombre…

En 1997, une grave sécheresse a provoqué la mort de la plupart des animaux qu’avait sa famille. Le manque de nourriture se faisait grandement ressentir et Nancy était devenue très maigre. « Je me souviens encore lorsque World Vision nous a fourni des denrées alimentaires d’urgence, comme du maïs et des haricots et qu’ils avaient mis en place des bilans médicaux » 
Nancy et sa famille ont traversé une période éprouvante. Le soutien de l’association grâce à l’aide des parrains a été un réel salut pour elle, mais également pour toute sa communauté. 
 

À la lumière

Nancy à l'université de Nairobi

Au fil du temps, le soutien moral et financier de Georgie a permis à Nancy de poursuivre ses études jusqu’à l’obtention de son baccalauréat. Elle est alors l’une des premières filles de sa communauté à avoir obtenu un diplôme. « Ma sœur a été la première fille diplômée de notre communauté, et moi la deuxième. »  

Déterminée plus que jamais, Nancy a souhaité poursuivre son cursus à l’université de Nairobi où elle a obtenu son master. Désormais, Nancy travaille dans le secteur humanitaire et sa carrière l’a conduite en Ethiopie pour travailler en tant que coordinatrice de l’aide humanitaire d’urgence

Une rencontre entre marraine et filleule tant attendue

Aujourd’hui, elle se rend compte de l’impact du parrainage sur sa vie et son parcours : « Sans World Vision, je n'aurais pas pu aller aussi loin, et je veux travailler pour les enfants les plus vulnérables de mon pays et d'autres pays de la région. »
En 2019, pour la première fois, elle a rencontré sa marraine et c’est avec beaucoup d’émotions que les deux femmes ont partagé un moment précieux. En voyant le chemin parcouru par sa filleule, Georgie a pu mesurer l’impact du parrainage sur la vie d’un enfant.
 

Nancy et sa marraine Georgie

Vous aussi vous souhaitez tisser des liens hors de commun avec un enfant du bout du monde et l'aider à se construire ?