Joséphine, d'ancienne enfant parrainée à marraine

témoignage ancienne filleule

Joséphine a grandi dans une famille de 8 frères et sœurs. Ses parents ont eu du mal à subvenir aux besoins de leurs enfants et ne pouvaient les envoyer à l’école. Vision du Monde est arrivé au sein de leur communauté quand Joséphine était encore très jeune et elle a pu être parrainée.

« Mes parents n’avaient pas assez de revenus, nous étions très pauvres et très nombreux, c’est pour cela que Vision du Monde nous est venu en aide. Aujourd’hui encore nous leur en sommes tellement reconnaissants ! »

C’est grâce à elle que j’ai pu aller à l’école et avoir une vie meilleure

Grâce au parrainage d’enfants et aux encouragements de sa marraine, Josephine a pu terminer le lycée pour continuer ses études à l’université.

 « Ma relation avec ma marraine était très importante pour moi. C’est grâce à elle que j’ai pu aller à l’école et avoir une vie meilleure. Je ne la remercierais jamais assez pour ça ! »

Le fait qu’elle soit parrainée lui a ouvert un avenir de possibles qu'elle n'aurait jamais pu espérer, ni même imaginer. Aujourd’hui Joséphine travaille au sein du National Power Corporation à Manille. Sa réussite universitaire puis professionnelle lui permet aujourd'hui de posséder sa propre maison et de donner une éducation de qualité à ses propres enfants qu'elle a inscrits dans des écoles réputées de son pays.

enfance de josephine ancienne filleule
Joséphine et ses filleuls

D'enfant parrainée à marraine

Animée par la solidarité, qui a aussi fait ce qu'elle est devenue, elle parraine aujourd'hui deux enfants. L’une de ses plus grandes joies est de pouvoir rendre ce qu’elle a reçu, d’avoir le pouvoir de changer la vie d’enfants dans le besoin. Elle a pu rencontrer Edsel, 12 ans et Juliana, 7 ans, le temps d’une journée de partage et de rire où elle-même s'est remémorée les moments qu'elle a vécus avec sa marraine.

L'histoire de Joséphine est un message d'espoir et de réussite pour le parrainage d'enfants : une filleule devenant elle-même marraine ! Comme on dit, la boucle est bouclée...