Enfin de l'eau potable à Mabo !

Grâce à la mobilisation de la Fondation EDF et des Ecoles de la 2è Chance, les villageois de Mabo ont de nouveau la possibilité de boire de l'eau potable !
En juin 2020, à l’initiative de la Fondation EDF, 680 salariés du Groupe EDF et 713 jeunes des Ecoles de la 2è Chance ont réalisé des « marches pour l’eau » pour financer un puits à Mabo, au Sénégal

eau a mabo

Aissatou, habitante de Diamafara, témoigne

Aissatou habite Diamafara. Elle est mère de 8 enfants. Chaque matin, elle se levait tôt pour aller au puits chercher de l'eau pour sa famille. Elle devait puiser 20 bassines le matin et 10 le soir. 
Aujourd'hui, tout ceci est devenu un vieux souvenir...

Aissatou

Aissatou a juste à tourner le robinet pour obtenir de l'eau

Je peux vous dire que le jour où tout a commencé à marcher... Ce jour là, a été le plus beau jour de toute ma vie !
Aissatou, habitante de Diamafara

Désormais, après être allée chercher de l'eau, elle a assez de temps pour s'occuper de ses enfants et s'investir dans d'autres activités génératrices de revenus.

Grâce à vous, 2 800 personnes ont de nouveau accès à une eau potable. ​

img_marche pour l_eau

La marche pour l'eau en juin 2020

Comment cela a-t-il été possible ?

En juin 2020, vous avez participé à la Marche pour l'eau aux côtés de la Fondation groupe EDF et des Ecoles de la 2è Chance, vous avez permis de collecter plus de 30 000 €. ​

Ces fonds ont été bien utilisés !

timeline projet mabo

Avant la marche pour l'eau, à Mabo, l'eau était contaminée par l'eau de mer

Mabo, c’est une commune rurale qui regroupe 43 villages avec plus de 46 000 habitants. ​

La zone compte une dizaine de forages, mais le plus gros d’entre eux, celui de Keur Mademba, situé très près de la côte, était contaminé par l’eau de mer. Parfois, il arrive que des nappes phréatiques soient plus friables à certains endroits et que l’eau de mer s’y infiltre. Pour les habitants de Diamafara et Simbara, il était alors impossible de boire, de se laver ou d’irriguer les cultures avec l’eau de leur puits. Il a fallu retourner aux puits traditionnels et recommencer à tirer l’eau au seau, à plus de 50 mètres (soit 90 tractions sur la corde…) La corvée d’eau, pénible et consommatrice de temps, incombe aux femmes et aux enfants. L’eau était devenue rare et sa qualité avait baissé. 

mabo_avant
Mabo, avant les travaux

Descriptif du projet

  • Equiper les 2 puits en pompes solaires et réservoirs d’eau de 5m3, l’énergie solaire permettant que le puits ne se tarisse jamais et donc une certaine pérennité​
  • Construire 2 bornes fontaines avec chacune 8 robinets, la quantité nécessaire pour alimenter l’ensemble des villageois​
  • Construire un mur de protection autour de ces infrastructures et des équipements solaires pour les protéger des animaux mais aussi pour la sécurité des enfants​
  • Sensibiliser sur l’importance de la consommation de l’eau potable​
  • Raccorder le périmètre maraîcher de Diamafara et y construire 3 bassins afin que les femmes maraichères puissent irriguer plus facilement leurs cultures 

Impact

  • Permettre aux femmes de davantage s’investir dans des activités maraîchères et aux jeunes filles de pouvoir aller à l’école​
  • Améliorer la santé des enfants de 0 à 5 ans grâce à une eau propre et aux cultures rendues possibles par l’assainissement de cette eau​
  • Contribuer au développement d’activités génératrices de revenus (maraîchage)

Quelles ont été les différentes étapes du projet à Mabo ?

En octobre 2020, les travaux ont pu démarrer : 2 équipements solaires et 2 réservoirs de 5000 litres reliés aux 2 puits traditionnels ont été installés. Une grande avancée pour ces deux villages de Diamafara et Simbara où les femmes passaient énormément de temps au puits pour chercher de l’eau avec toute la peine que cela requiert vu la profondeur des puits (56 et 57m de profondeur). Grâce à cette installation, in fine, elles pourront aller chercher de l'eau au robinet !

mabo_travaux1

Début des travaux

panneaux solaires

Les panneaux solaires

Installation des réservoirs

Installation des réservoirs

robinets

Installation des robinets

De plus, le périmètre maraîcher de Diamafara a également été raccordé au puits de Diamafara, permettant aux femmes d’irriguer leurs cultures beaucoup plus facilement. Auparavant, elles étaient dans l’obligation de puiser de l’eau au puits et de la transporter manuellement jusqu’au périmètre maraîcher. 

Désormais, les choses sont beaucoup plus simples pour elles. Ces ouvrages hydrauliques sont un réel soulagement pour ces communautés et notamment pour les femmes. 

Non seulement ces travaux ont permis d'alléger leur quotidien, mais ils ont également un impact très positif sur la santé des femmes.
Auparavant, épuisées par ces corvées, elles tombaient souvent malades, faisaient régulièrement des fausses couches. Désormais, il est beaucoup moins pénible pour elles d'aller chercher de l'eau ou de s'occuper de leurs cultures. On note également une baisse des maladies hydriques (diarrhée, vomissement, dermatose) qui étaient liées à la qualité de l’eau qu’elles utilisaient.

femme au robinet

Premiers tests au robinet à Mabo !

Et maintenant, restons mobilisés pour l'édition 2021 !