31.07.2020

La parole au staff : Chargée de programme, ça consiste en quoi ?

Author: Clarisse

Au sein de notre association, le rôle du Chargé de programme est très important. Mais quel est ce métier, de quoi s'agit-il au juste ? 🤔 Petit retour sur l'expérience de notre collègue Anaïs !

Pourquoi avoir choisi le milieu humanitaire ?

Je ne me voyais pas faire autre chose… J’ai d’abord effectué une licence en lettres et sciences politiques avant d’entrer à l’IRIS pour un master en relations internationalesEn licence, j’étais également attirée par le secteur de la diplomatie mais après un stage dans le domaine, je me suis rendu compte que ce n’était pas ce que je souhaitais faire. Au cours de mon master, je me suis engagée en tant que bénévole dans plusieurs associations. J'ai également effectué un service civique ce qui a confirmé mon attrait pour le secteur de la solidarité internationale. A la fin de ce Master, j’ai été prise en stage au service Programmes de Vision du Monde et je suis encore là ! 😊J’ai choisi ce secteur car les missions y sont nombreuses, motivantes et donnent du sens à notre travail au quotidien ! 

Peux-tu nous parler de ton poste actuel ?

Je suis en charge des programmes du développement du Sénégal et du Mali, ce qui implique un suivi des activités mises en place sur le terrain, la révision des rapports d’activité que nous recevons tous les semestres, ainsi que des rapports financiers. En amont, nous contrôlons les budgets en début d’année. Je suis également en charge de prospecter de nouvelles sources de financement (privées et publiques), ce qui implique de faire des rendez-vous avec les bailleurs, de répondre à des appels à projet avec les équipes sur place et, ensuite, d’effectuer un suivi de ces projets additionnels. 

anais-ecole-ethiopie
chargée-de-programme-missions
suivi-activités-communauté-agriculture

D’après toi, quelles sont les qualités nécessaires pour ce poste ?

Je pense qu’il faut savoir être patient. On est souvent dans l’attente d’éléments du terrain. Les équipes sont très occupées et doivent gérer beaucoup de choses. Nous, on doit rendre des comptes aux bailleurs de fonds et aux parrains. J’ai souvent l’impression d’être « entre les deux » et ça rend parfois les choses compliquées ! Donc patience et persévérance. Il faut aussi savoir s’organiser car sinon on peut vite se retrouver submergés. Donc je dirais aussi beaucoup de rigueur ! 

Quels sont les voyages terrains que tu as pu faire jusqu'ici ?

Je suis allée 3 fois au Sénégal : j’ai visité nos 3 programmes de développement et l’ensemble des projets qui y sont mis en œuvre. C’est l’occasion de discuter avec les équipes, trouver des pistes d’amélioration, rencontrer les partenaires et les populations bénéficiaires ! C’est aussi pour nous le moment de nous rendre compte des avancées des programmes, de voir ce qu’on lit toute l’année dans nos rapports. J’y suis allée une autre fois pour une grosse réunion d’une semaine à Dakar. C’était l’occasion de faire le bilan de ce qui a pu être accompli ces dernières années et de redéfinir la stratégie pour les 5 prochaines années. 
J’ai également été une fois en Ethiopie à l’occasion d’une visite terrain avec la Fondation Pierre Bellon qui y finance un projet d’éducation, avec notre approche Unlock Literacy

photo-terrain
photo-terrain-sénégal
photo-terrain-enfants

Ton meilleur souvenir sur le terrain ?

J’ai énormément de « meilleurs souvenirs » ! Ma première visite est toute particulière car c’est la première ! Je suis tombée amoureuse du Sénégal, de nos programmes, du travail de World Vision. Ça m’a vraiment convaincue et encore plus motivée ! En plus, je suis partie avec une ancienne collègue, Clotilde, pour qui c’était également la première fois. Je me souviens tout particulièrement de notre première activité : la visite d’une Case des Tout-petits, l'équivalent d’une école maternelle, à Diokoul. C’était émouvant de rencontrer pour la première fois les enfants pour lesquels on travaille toute l’année ! J’ai de super bons souvenirs avec les équipes sur place qui font un travail absolument incroyable : de nombreux repas partagés, la découverte des recettes sénégalaises, etc. 

Qu’est-ce qui te motive à travailler le matin ?

Un peu tout ce que j’ai dit juste avant ! 😊 Je pense que ce qui me motive le plus, c’est de connaître le dévouement de mes collègues sur le terrain, de savoir qu’ils se donnent à 300%. Ça me donne envie d’en faire autant de mon côté ! 

Quel serait le mot qui décrirait ton expérience chez Vision du Monde ?

Question difficile, mais je dirais : « apprentissage ». J’apprends énormément, tant au côté de mes collègues au siège que de mes collègues sur le terrain. Que ça soit en termes de compétences techniques ou sur moi-même. J’apprends énormément et c’est ça qui fait que je m’y plais autant ! 

Et voilà, vous savez tout sur le métier d'Anaïs 😉

Pour en apprendre plus sur notre association, découvrez le parrainage d'enfants !