« Aujourd’hui, comme 258 millions d’enfants, nous n’irons pas à l’école ! »

Aujourd’hui, 258 millions d’enfants partout dans le monde sont privés d’école. Les freins à l’éducation sont multiples et différents d’un contexte à l’autre. Une chose est pourtant sûre : sans accès au savoir, les enfants ne peuvent sortir durablement de la pauvreté, s’émanciper et accéder à un avenir meilleur.

Arafat Hossain, Marua et Nasrin au Bangladesh, Assama Sagara au Mali, Otgon en Mongolie, et Soliyana en Ethiopie, n’auront pas la chance de pouvoir faire leur rentrée scolaire comme les autres enfants. Leur quotidien est rythmé par d’autres priorités. Ils doivent faire face à des difficultés qui dépassent parfois l’entendement.

Arafat Hossain, ne peut pas aller à l'école

Arafat Hossain, 12 ans

« Je ne vais pas à l’école parce que je dois gagner de l’argent pour aider ma famille. »

Assama, je n'irai pas à l'école

Assama Sagara, 8 ans

« Je ne vais pas à l’école parce que je dois aller chercher de l’eau 3 fois par jour. »

Marua, je n'irai pas à l'école

Marua, 6 ans

« Je ne vais pas à l’école parce qu’il n’y en a pas. »

Otgon, je n'irai pas à l'école

Otgon, 6 ans

« Je ne vais pas à l’école parce que je suis malade et je n’ai pas pu être soignée. »

Nasrin, je n'irai pas à l'école

Nasrin, 15 ans

« Je ne vais pas à l’école parce que je dois m’occuper de mon bébé. »

Soliyana, je n'irai pas à l'école

Soliyana, 11 ans

« Je ne vais plus à l’école parce que je ne peux me changer alors que j’ai mes règles. »

L’éducation pour tous, une promesse non tenue

L'accès à l'éducation s’est amélioré dans le monde durant ces dernières années. Et pourtant, encore trop d’enfants sont toujours exclus du système éducatif pour les mêmes raisons qu’Arafat Hossain, Assama Sagara, Marua, Otgon, Nasrin et Soliyana.

C'est souvent la pauvreté des familles qui représente le premier obstacle à la scolarisation des enfants. Ils doivent aider leurs parents à subvenir aux besoins de la famille, et s'éloignent ainsi du chemin de l'école. Ce sont alors tant de rêves et tous les espoirs d’un avenir meilleur qui s’effondrent pour tous ces enfants.

Les filles restent les premières victimes des inégalités : 1 fille sur 4 ne va pas à l’école dans les pays en développement et 63 % des adultes analphabètes dans le monde sont des femmes.

Le COVID-19 vient fragiliser le système éducatif

La pandémie COVID-19 est venue exacerber les vulnérabilités des personnes vivant au sein des contextes fragiles et ruraux. Face à la faim, à la perte de revenus, et à l’extrême précarité, les freins liés à la déscolarisation sont d’autant plus grands. Le COVID-19 risque d’annuler de nombreux progrès réalisés en faveur de la scolarisation des enfants et de la lutte contre la pauvreté. On estime que 9,7 millions d’enfants risquent d’abandonner l’école en raison de l’extrême précarité dans laquelle ils se retrouvent plongés actuellement.

Le parrainage d'enfants, comme solution à l’absence d’éducation

Le parrainage, comme solution à l’absence d’éducation

Vision du Monde est convaincue que l’éducation est la clé pour sortir durablement les enfants de la pauvreté, et leur permettre de croire en un avenir meilleur et voir leur rêve se concrétiser.

Même les enfants qui ont la chance d'aller à l'école manquent souvent d'enseignants qualifiés et de programmes scolaires adaptés. Améliorer l'éducation ne se limite donc pas à construire des écoles. L'implication des parents et des communautés ainsi que la formation des enseignants sont des facteurs clés de réussite.

Vision du Monde adopte une approche globale, grâce au parrainage d'enfants, qui a pour but l'autonomie des familles. En garantissant aux communautés un accès à l'eau potable, une alimentation saine et un revenu stable, les enfants peuvent ainsi être scolarisés.

Sayfan peut enfin aller à l'école grâce au parrainage

Depuis que Sayfan a été parrainée, son quotidien est rythmé par une nouvelle priorité, celle d'aller à l'école. Maintenant qu'elle a rejoint les bancs de l'école, elle voit ses rêves d'enfant renaître. Elle sait qu'un jour elle pourra étudier et exercer un métier qu'elle aime. 

Des défis, encore et toujours !

L’urgence en matière d’éducation est un défi que Vision du Monde, avec l’aide des parrains et marraines, se doit de relever pour toute une génération d’enfants qui ne peut être laissée pour compte. De grands progrès ont été réalisés au cours des dix dernières années pour améliorer l’accès à l’éducation et augmenter le taux de scolarisation, en particulier celui des filles, mais il reste encore beaucoup à faire :

  • Renforcer la sensibilisation des parents et des communautés à l’importance de l’apprentissage de la lecture.
  • Continuer le renforcement des actions dans le domaine de l’éducation préscolaire.
  • Renforcer la formation des volontaires communautaires afin qu’ils animent au mieux les clubs de lecture.

Il est grand temps de favoriser l’éducation de tous les enfants, filles et garçons, et de briser durablement le cercle vicieux de la pauvreté !

Parrainer un enfant c’est lui donner les clés d’un avenir meilleur. ll aura accès à une éducation de qualité, il pourra étudier et exercer un métier qu'il aime. La pauvreté ne sera plus qu'un lointain souvenir pour lui.