03.03.2020

En direct de Birmanie : Juliette et Laura nous parlent de leurs ressentis !

Auteur: Clarisse

Juliette et Laura, employées chez Vision du Monde, se sont rendues en Birmanie pour leur premier voyage sur le terrain lors d'un voyage parrains. Petit retour sur leurs ressentis 😉

Comment décririez-vous la culture birmane ? Qu’est-ce qui vous a étonné le plus par rapport à la culture française ? 

Juliette : C’est vraiment très éloigné de la culture française dans tous les domaines : les traditions, la personnalité des birmans, l’alimentation… Ce qui m’a le plus étonné c’est le sourire des birmans. Peu importe où nous étions dans le pays, nous avons toujours reçu un accueil chaleureux accompagné de sourires sincères. C’est un grand changement par rapport à la France, et un vrai plaisir… qui devient vite contagieux !

Laura : Les pagodes, les temples, les longyis, le tanakha… Le bouddhisme a forcément une grande place en Birmanie, mais j’ai l’impression que ce pays sait aussi maintenir une identité culturelle forte et des traditions ancestrales. Il est difficile de faire un parallèle avec la culture française dans son ensemble, mais ce qui m’a le plus frappée, c’est la générosité et l’accessibilité des birmans. Si on est vite limité par la langue, la communication se fait à travers les regards et les sourires. 

Quelle a été votre journée préférée de tout le séjour ?

Juliette : C’est un choix très difficile mais je dirais la deuxième journée dans notre programme de Dagon Seikkan, le jour où nous avons visité des projets financés par Vision du Monde. Voir l’impact de son travail sur le terrain est une vraie satisfaction qui donne du sens à ce que l’on fait au quotidien. Les équipes de Vision du Monde Myanmar étaient très contentes de rencontrer des membres du bureau français et nous ont remerciés mille fois pour notre travail. 
Ce jour-là, nous avons visité une école maternelle, une école informelle et un groupe d’épargne. Les échanges avec les enfants ont été des moments forts en émotion, ils nous ont chantés des chansons puis nous avons chanté à notre tour quelques comptines françaises. Nous avons ensuite joué quelques temps avec eux, et même si nous ne pouvions pas communiquer, je me souviendrai longtemps de leurs sourires. 
Échanger avec les femmes des groupes d’épargne a été un moment très touchant également, elles étaient toutes très fières de nous montrer comment cela fonctionnait. Elles nous ont dit combien ce système était important pour elles, à la fois pour leur redonner un rôle au sein du foyer et pour pouvoir emprunter en cas de besoin.   
 

enfants-birmans
femmes-birmanie

Laura : Hormis la journée que nous avons passé avec les enfants à Dagon Seikkan, j’ai adoré notre journée sur le lac Inle avec ses rizières, ses maisons sur pilotis, ses pêcheurs et ses jardins flottants… A Inle, on se sent au bout du monde !

Birmanie-paysage
Birmanie-Inle

Avez-vous apprécié la cuisine birmane ? Quel a été votre plat préféré ?

Juliette : Je dois dire qu’au niveau de la nourriture ça a été compliqué pour moi, je ne suis pas une grande adepte du riz, qui est la base de leur alimentation. Mon plat préféré a été un dessert : des beignets de bananes avec du miel, un délice ! 😊  

Laura : Le riz est bien sûr incontournable, on le retrouve à chaque repas. Il se mange en accompagnement de plusieurs viandes et poissons. Etant amatrice d’épices, j’ai beaucoup aimé le poulet au gingembre, et toutes les sauces pimentées en entrée.

cuisine-Birmanie
Cuisine-Birmanie

Vous avez traversé des fleuves, des collines… Qu’est-ce qui vous a le plus plu dans les paysages de Birmanie ?

Juliette : J’ai beaucoup aimé la végétation qui est très riche grâce aux périodes de mousson et qui varie beaucoup d’une région à l’autre. Notamment autour du Lac Inle où nous avons vu beaucoup d’arbres fruitiers et bien-sûr des hectares de rizières au pied des montagnes ! 

Laura : Je garde un souvenir incroyable du lac Inle comme cité plus haut. 
Bagan restera aussi pour moi un grand moment du voyage avec sa forêt de stupas, la pagode Shwezigon et son coucher de soleil absolument sublime.
 

paysage-birmanie
paysage-birmanie

Comment s’est passée la rencontre des parrains/marraines avec leurs filleuls ?

Juliette : Dès que nous sommes descendus du car, certains parrains et leur filleul(e) se sont reconnus et ont couru dans les bras l’un de l’autre, ça a été un moment très fort ! Plusieurs filleul(e)s ne lâchaient plus le bras ou la main de leur parrain/marraine. Même si des interprètes étaient présentes pour faire la traduction, on voyait que beaucoup passait par le regard.
Les équipes terrain avaient tout préparé pour cette journée, il y avait notamment au programme des danses de tous les filleuls et des jeux pour tous. C’était touchant de voir que les parrains étaient redevenus des enfants pour la journée, ils ont autant ri que les enfants, un vrai moment de partage où l’âge et la langue n’avaient plus d’importance. 

Laura : C’était une journée très émouvante. Il y a eu des pleurs (des deux côtés !) On a senti les familles et les parrains très touchés par la rencontre. Le premier contact du matin a permis de briser la glace. L’après-midi, les équipes sur place avaient organisé des temps de jeux pour que les parrains puissent partager de vrais moments avec les enfants. La rencontre entre les parrains et les filleuls, c’est l’apothéose dans l'aventure du parrainage. 

Une anecdote marrante à nous partager sur le séjour ?

Juliette : Nous avons fait un long trajet en bateau entre Mandalay et Bagan qui a duré toute la journée. Notre guide, qui voulait profiter de cette journée pour nous faire découvrir les spécialités locales, nous a préparé quelques aliments à grignoter… et un bon cocktail à base de rhum. Les parrains ont adoré et ont été très joyeux jusqu’à l’arrivée à l’hôtel à Bagan !
 

Laura : J’ai acheté, comme beaucoup de marraines, un longyi au début du séjour. J’ai décidé de le porter une journée, et il s’avère qu’on commençait la matinée par un marché. Juliette m’a tout de suite dit en descendant du bus : « Je crois que tu as mis ton longyi à l’envers !». Oui, on voyait tous les fils dépasser et je sentais que les birmanes me regardaient en rigolant… Heureusement, notre super guide a demandé à une femme qu’elle connaissait si je pouvais me changer derrière son stand. Grand souvenir !

Merci Juliette et Laura pour ces beaux souvenirs !