Fatima, réfugiée syrienne et mariée précocement

Être enfant et réfugié

En 2021, les enfants seront plus nombreux que jamais à se déplacer dans l'histoire. L'année dernière, au moins 80 millions de personnes dans le monde ont déjà été contraintes de fuir leur foyer, dont environ la moitié ont moins de 18 ans. Parmi elles, on compte près de 26 millions de réfugiés. La violence et les guerres sont les principales raisons pour lesquelles les gens fuient, comme en témoignent les longs et dangereux voyages qu'ils entreprennent pour trouver la sécurité.

Souvent déjà traumatisés par la guerre, la disparition de leur famille, les enfants peuvent être en détresse psychologique et doivent en plus s’adapter à des conditions de vie indécentes.

Isolés et très peu intégrés dans leur pays d’accueil, les enfants réfugiés n’ont pas accès aux institutions, et aux systèmes scolaires. Les enfants sont alors victimes de nombreuses violences : travail des enfants, mariages précoces, grossesses précoces...

Le manque de sécurité et d’éducation sur le camp rend les jeunes filles d’autant plus vulnérables aux violences sexuelles, aux risques de prostitution ou de mariages précoces.

portrait de Fatima qui lutte contre le mariage précoce

Fatima, mariée et mère à 18 ans

C’est le cas de Fatima qui a aujourd’hui 18 ans.

En tant qu’habitante d’Alep, Fatima a dû fuir son foyer avec sa famille en 2011 à cause du conflit en Syrie en 2011. Elle a ainsi passé plus de la moitié de sa vie en tant que réfugiée. Son arrivée en Jordanie, pays d’accueil de sa famille a été très compliquée et quelques années plus tard, elle a dû faire face à la perte de son père, plongeant sa famille dans le désespoir et la pauvreté.

A 14 ans, elle a été contrainte de se marier. C’était pour elle la seule solution : "Ma mère m'a demandé de me marier avec mon cousin pour qu'il puisse s’occuper de nous et subvenir à nos besoins".

La vie de Fatima devint de plus en plus dure : elle est forcée de quitter l’école et doit se comporter comme une épouse, un rôle qu’elle ne souhaite pas connaitre. Un an après son mariage, elle tente de se séparer de son mari mais ses proches ne le lui autorisent pas et insistent pour qu’elle retourne auprès de lui. Peu de temps après, Fatima tombe enceinte et donne naissance à son premier enfant.

Quelques années plus tard, un centre de soutien de Vision du Monde est instauré près de chez elle pour offrir aux femmes et aux filles un soutien psychologique et des sessions d’éducation.

Emad, une des assistantes sociales du centre, guide Fatima à travers ce programme, lui permettant même de reprendre ses études.

Grâce à l’aide qu’on lui a apportée, Fatima souhaite soutenir d’autres jeunes filles pour mettre fin au mariage précoce.

Elle éveille les consciences des filles sur les traditions et les coutumes du mariage. Elle explique les impacts négatifs du mariage d'enfant : la déscolarisation, les grossesses précoces...

Vision du Monde, via le Partenariat international World Vision, a aidé presque 6,5 millions enfants impactés par le conflit en Syrie.

Il faut continuer d’agir, ils ont besoin de nous !