Renforcer la protection de l’enfance en Géorgie

En Géorgie, la situation des enfants vulnérables (handicapés, maltraités ou bien issus de familles pauvres) a longtemps été ignorée. Aujourd’hui encore, les services sociaux du pays manquent de compétences et de ressources pour accompagner au mieux les familles et leurs enfants qui sont hébergés dans des établissements pour enfants.

Ces dernières années ont pourtant été l’occasion pour le pays de réformer la protection de l’enfance, marquée par de nombreux changements législatifs. Vision du Monde a mis en œuvre le projet "Renforcer le bien-être des enfants et le système de protection en Georgie" financé avec le soutien de l’Union européenne depuis 2019.

 

Les failles de la protection de l’enfance en Géorgie

Un nombre considérable d’enfants vivent dans des conditions d’extrême pauvreté. Parmi eux, beaucoup de ces enfants vulnérables sont séparés de leur famille et résident actuellement dans des établissements informels pour enfants gérés par des institutions religieuses. Le fonctionnement de ces établissements a manqué de transparence pendant longtemps. 

Depuis 2013, le gouvernement de Géorgie a ainsi fait d’énormes progrès pour améliorer la situation en lançant notamment la réforme de l’Aide Sociale et de la Protection de l’Enfant. La volonté du gouvernement est de fermer ces établissements accueillant des enfants qui ne sont pas réglementés. La promulgation du nouveau Code des droits de l'enfant en septembre 2019 est un nouvel espoir de voir s’améliorer les condition s de vie des enfants au sein de la Géorgie. Ce dernier promettant la création d'unités de protection de l'enfance au sein des municipalités destinées à la prévention et au soutien des familles les plus vulnérables.


Dans le cadre de cette réforme, de nombreux obstacles persistent :

  • absence de solutions alternatives concernant la prise en charge de ces enfants,
  • manque de compétences des travailleurs sociaux pour l’accompagnement des familles vulnérables,
  • communication limitée entre le gouvernement, les municipalités et les établissements accueillant les enfants etc.
     

Comment améliorer le système de protection de l’enfance en Géorgie ?

Vision du Monde et ses partenaires travaillent en collaboration afin d’améliorer le bien-être des enfants et le respect de leurs droits. Comment ? En appuyant le gouvernement géorgien dans sa réforme du système de protection des enfants afin d’assurer à chaque fille et chaque garçon un suivi et un accompagnement de qualité. L’ONG international entend ainsi mettre durablement fin aux violences faites aux enfants en Géorgie et leur assurer une meilleure prise en charge.

Via ce projet, Vision du Monde prévoit de :

  • Renforcer les compétences des travailleurs sociaux par le biais de formations.
  • Faciliter la coordination entre l’État et les départements sociaux des municipalités afin de détecter au plus tôt les enfants dans le besoin et leur apporter une réponse de proximité rapide.
  • Créer et améliorer les services sociaux adaptés (centre de soins, service de soutien parental, services de réhabilitation). 
  • Mener une campagne de communication pour faire connaître les services sociaux d’accueil auprès de la population.
  • Mettre en place des services de prise en charge alternatifs pour les enfants issues de familles vulnérables comme des familles d’accueil.

Dans la mesure du possible, Vision du Monde écoute les besoins des familles vulnérables touchées par l’extrême pauvreté afin d’éviter la séparation des enfants de leurs familles. Quand le placement des enfants est inévitable, il est prévu de soutenir les familles d’accueil via différentes formations afin d’améliorer la qualité des services d’accueil. Un module de soutien psychosocial est notamment développé afin d’accompagner au mieux les enfants porteurs de handicaps, vivant dans la rue ou victimes de trafics.

Pour soutenir le gouvernement géorgien, Vision du Monde travaille notamment avec plusieurs acteurs locaux de la protection de l’enfance :

  • L’Agence de Protection et d’Assistance de l’Etat aux Victimes de la Traite, une Agence Publique du gouvernement
  • Les autorités religieuses : Le Patriarcat de Géorgie (Eglise Orthodoxe) et la Confession Musulmane,
  • La Coalition géorgienne pour les enfants et les jeunes qui est une ONG locale

Chacun de ces acteurs participe pleinement à la bonne réalisation du projet de protection de l’enfance menée par notre association humanitaire. 
 

Quelles sont les premières réussites de ce projet mené en collaboration avec le gouvernement géorgien ?

Démarré en février 2019, le projet d’aide à la protection de l’enfance en Géorgie cible les 69 municipalités des 9 régions de la Géorgie. Vision du Monde a notamment pu agir sur l’ensemble du territoire via différentes formations dispensées aux personnels comme aux familles :

  • Une trentaine d’assistants familiaux et de nombreuses familles d’accueil ont été formés sur les normes de placement familial et sur l’après-placement. 
  • Plus de 150 travailleurs sociaux et 35 employés des municipalités de Kutaisi ont été formés aux techniques d’accompagnement psychosocial.
  • 60 familles vulnérables ont été identifiées avec l’aide de partenaires locaux (municipalités et associations locales) afin de bénéficier d’un accompagnement économique et social et ainsi éviter de séparer les enfants de leurs parents. 

L’ensemble des formations proposées permettent aux employés municipaux d’assurer eux-mêmes les activités de prévention et de soutenir directement les familles les plus vulnérables. Les formations sont amenées à évoluer en prenant en compte au fur et à mesure les besoins et les attentes du personnel. 

En plus des formations, Vision du Monde et ses partenaires locaux, ont mis en place dès la première année du projet, en accord avec le gouvernement, une structure nationale de coordination des différentes initiatives portées pas tous les acteurs.

Ce premier bilan est aussi marqué par l'accord de toutes les parties prenantes de réaliser une cartographie nationale des services de protection de l'enfance (y compris les institutions non réglementées) dans le but d'optimiser et de réglementer les services de garde d'enfants dans le pays. Les résultats de cette évaluation permettront de proposer des recommandations pour accompagner les institutions recensées en évaluant leurs besoins et d’instaurer des services de prise en charge alternatifs pour les enfants vulnérables. 

Au cours de sa première année, le projet porté par Vision du Monde a déjà pu bénéficier à :

  • 156 travailleurs sociaux du gouvernement,
  • 35 employés du département social des 69 municipalités,
  • 500 familles d’accueil à travers le pays,
  • 150 enfants vivant et travaillant dans les rues de Batumi à Adjara,
  • 45 enfants résidant dans le foyer pour personnes handicapées de Kojori,
  • 40 employés d’institutions dirigées par le Patriarcat de Géorgie et d’autres institutions non-réglementées.

Soutenir les familles pour favoriser la protection des enfants est au cœur des missions de Vision du Monde. En soutenant le gouvernement géorgien, l’ONG souhaite poursuivre l’accompagnement des services sociaux géorgiens pour permettre un fonctionnement juste et inclusif pour chaque fille et chaque garçon. 
 

drapeau de l'Union Européenne

Cette publication a été réalisée avec le soutien financier de l'Union européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité de Vision du Monde et ne reflète pas nécessairement le point de vue de l'Union européenne.