Réchauffement climatique : la détérioration des écosystèmes fragilise les populations

Depuis des décennies, le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) alerte la population mondiale au sujet des conséquences du réchauffement climatique sur les écosystèmes et notre environnement. En août 2021, ce groupe d’experts publiait une partie de son 6ème rapport confirmant l’influence exercée par l’activité humaine sur le changement climatique mais aussi l’impact de la dégradation des écosystèmes sur les populations.

Quel rôle le dérèglement climatique joue-t-il sur les écosystèmes ?

Les impacts du changement climatique sont nombreux et touchent l’ensemble des régions du monde. Selon les experts du GIEC, le changement climatique intensifie le cycle de l’eau, modifie les vents, provoque de plus fortes inondations, et accentue les épisodes de sécheresse.

Les activités humaines et la hausse des températures qu’elles provoquent au niveau mondial ont des conséquences sur l’océan. L’oxygène diminue peu à peu et l’acidité des eaux augmente, menaçant les récifs coralliens, certains planctons et de nombreux poissons et mammifères marins, tout autant que les populations qui dépendent de l’écosystème marin.

Aujourd’hui, 28 % des espèces animales et végétales sont menacées d’extinction à l’échelle planétaire. Si rien n’est fait pour inverser la courbe du réchauffement climatique, l’humanité devra s’adapter à la hausse des températures ainsi qu’à la disparition d’une partie de la biodiversité qui lui permet pourtant de vivre.

Les conséquences de la détérioration des écosystèmes sur les populations

Élevage, pêche, maraîchage, une majeure partie de la population mondiale dépend des ressources naturelles pour se nourrir ou générer des revenus. Le secteur agricole emploie notamment plus d’un milliard de personnes dans le monde. Pourtant, l’intensification des bouleversements climatiques de ces dernières années menace fortement le modèle agricole et donc les moyens de subsistance de ces populations.

Sécheresses et perte des récoltes

Les épisodes de sécheresse de plus en plus intenses menacent la sécurité alimentaire d’une grande partie de la population. Les champs sont asséchés et les récoltes grillées par le soleil, fragilisant plus fortement les populations les plus vulnérables et les plus dépendantes de l’agriculture.

Au Ghana, pays d’Afrique de l’Est, les précipitations diminuent d’années en années et les sols sont arides. Alors que plus de 40 % de la population active du pays travaille dans le secteur agricole, la biodiversité endémique est fortement impactée par le réchauffement climatique et les conditions nécessaires à la pratique de l’agriculture disparaissent peu à peu.

enfant victime des mauvaises récoltes

La migration d’espèces ravageuses

Avec les changements climatiques, les populations doivent parfois s’adapter à de nouvelles espèces d’insectes fragilisant les récoltes. Plusieurs régions d’Afrique doivent notamment gérer des invasions de millions de criquets envahissant les champs agricoles et détruisant les cultures avant que la population ne puisse bénéficier des récoltes.

Disparition de certaines ressources

Une majorité des populations vivant de la pêche doivent désormais faire face à la baisse des ressources halieutiques. Bien que la surpêche soit également en cause dans la diminution du nombre de poissons, l’acidité de l’océan et le manque d’oxygène ont largement contribué à la disparition de certaines espèces menaçant les moyens de subsistance de nombreux pêcheurs et leurs familles.

Comment préserver les écosystèmes pour aider les populations ?

En Éthiopie, au Mali, au Sénégal ou encore au Ghana, Vision du Monde, via le Partenariat international World Vision, travaille main dans la main avec les populations locales et forme les agriculteurs à la Régénération Naturelle Assistée (RNA) des sols, une technique consistant à régénérer les plantations existantes via l’élagage des souches et des tiges.

Cette méthode, peu coûteuse et durable, permet de développer la végétation et ainsi restaurer l’écosystème local tout en sensibilisant les populations à la gestion autonome des ressources naturelles. Les agriculteurs, éleveurs ou maraîchers, voient leur productivité augmenter et peuvent ainsi faire preuve de résilience face aux bouleversements climatiques dont ils sont victimes.

La RNA offre une véritable alternative aux populations pour reboiser leur environnement et lutter contre les conséquences du réchauffement climatique sur la biodiversité. Il est alors essentiel de les accompagner dans cette démarche.

Vous pourriez aussi être intéressé par...

Au Ghana, notre approche augmente les revenus des agriculteurs

Dans la région de Talensi au Ghana, leprojet de Régénération Naturelle Assistée a permis de régénérer les arbustes et revitaliser les sols a porté ses fruits.

Changement climatique : 6 actions pour y faire face

Le changement climatique affecte tout le monde, mais les enfants les plus vulnérables en paieront le plus lourd tribut. Vision du Monde agit !

COP26 : lutter contre le changement climatique et la faim

Le bilan de la COP26, est alarmant ! Le changement climatique aggrave la faim dans le monde. La lute contre le dérèglement climatique est devenu plus qu'urgent et les pays doivent réagir.