Quel est l’impact du changement climatique sur la sécurité alimentaire mondiale ?

Cultures asséchées, rendements irréguliers, augmentation des prix des denrées alimentaires, les impacts du changement climatique mais aussi de la pandémie de la COVID-19 affectent durement les populations les plus vulnérables et leur environnement. Avec la hausse des températures, la qualité des cultures s’appauvrit, les aliments sont plus rares et les prix s’envolent, privant une partie de la population de nourriture. Selon l’ONU, plus de 88 millions de personnes souffrent déjà de faim aiguë dans le monde.

Qu’est-ce que la sécurité alimentaire ?

La sécurité alimentaire est le fait, pour une population donnée, d’avoir accès physiquement et financièrement à une nourriture suffisante, saine et nutritive. Selon le CSA (Comité de la sécurité alimentaire mondiale), la sécurité alimentaire d’une population est assurée lorsque quatre critères sont réunis :

  • La disponibilité : la nourriture est physiquement disponible grâce à la production locale, nationale, ou via l’importation.
  • L’accès : les populations ont les moyens, financiers ou physiques, d’accéder à une nourriture saine et variée.
  • L’utilisation : les populations ont les outils et les connaissances pour cuisiner de manière équilibrée.
  • La stabilité : la disponibilité de la nourriture est stable et régulière.

Lorsque ces quatre critères ne sont pas réunis, les populations se trouvent en état d’insécurité alimentaire, se traduisant par la sous-nutrition et la malnutrition, parfois même la famine.

Quand la nourriture se raréfie, les prix augmentent et les populations sont obligées de se rationner en mangeant souvent des aliments de moindre qualité. L’insécurité alimentaire a de graves conséquences sur le développement des enfants. Victimes de sous-nutrition et malnutrition, ces derniers souffrent de problèmes de santé comme des retards de croissance, des pertes de poids et sont plus vulnérables aux maladies.

L’insécurité alimentaire provoque également d’importants déplacements de populations. Privés de moyens de subsistances, de nombreuses personnes n’ont pas d’autres choix que de partir dans une autre région ou un autre pays afin de trouver un emploi ou de nouvelles terres pour survivre.

Les conflits, la crise environnementale, l’inaccessibilité économique et plus récemment, la pandémie de la COVID-19 sont les principales causes de l’état d’insécurité alimentaire dans lequel de nombreuses populations sont plongées aujourd’hui.

Plus de 19 millions des personnes, dont 10 millions d'enfants, risquent la famine dans 12 pays du monde parmi les plus fragilisés en raison de conflits, de la crise économique liée à la COVID-19 et des catastrophes naturelles. Il s’agit d’une hausse de 50% par rapport à 2019.

Quels sont les conséquences du changement climatique sur les récoltes ?

Le changement climatique est l’une des principales raisons de l’insécurité alimentaire grandissante dans le monde. D’ici 2080, 600 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de la faim à cause du changement climatique.

La hausse des températures bouleverse les climats, principalement dans les régions tropicales et les zones sèches. Alors que les régions tropicales souffrent d’importantes précipitations inondant les champs, les zones arides, elles, subissent des épisodes de sécheresse de plus en plus longs, brûlant les cultures.

Les petits agriculteurs sont les premières victimes de ces bouleversements climatiques. L’instabilité des précipitations et le manque de moyens mécaniques les empêchent de mettre en place des systèmes résilients face aux changements climatiques. Ces derniers perdent parfois la totalité de leurs récoltes.

Selon le GIEC, le réchauffement climatique impacte directement la production agricole et notamment la production céréalière. En l’absence de mesures concrètes contre le changement climatique, les rendements des grandes cultures pourraient perdre en moyenne 2 % par décennie et les productions de blé ou de maïs pourraient totalement disparaître.

L’accessibilité de la nourriture déstabilisée par le climat

La baisse des rendements agricoles a un impact majeur sur les prix des aliments. Face à l’instabilité de la production et donc de la nourriture disponible, les prix des denrées alimentaires augmentent considérablement, impactant les personnes les plus pauvres qui ne peuvent parfois plus acheter des aliments de base.

Mais les variations de prix ne sont pas les seuls effets du changement climatique qui pèsent sur les ressources. Les aléas climatiques et catastrophes climatiques obligent parfois les populations à fuir leurs habitations et leurs terres du jour au lendemain. Ces populations se retrouvent déracinées, sans activité économique, incapables de subvenir à leurs besoins et ceux de leurs enfants.

Des récoltes irrégulières à cause des catastrophes naturelles

L’intensification des phénomènes météorologiques extrêmes de ces dernières années menace le dernier pilier indispensable à la sécurité alimentaire : la stabilité des rendements agricoles. Selon l’ONU, le nombre de catastrophes naturelles a doublé en l’espace de 20 ans. Inondations à répétition, feux de forêts, cyclones, sécheresses, les catastrophes naturelles empêchent les populations, et notamment les agriculteurs, de planifier leurs cultures selon les saisons aujourd’hui complètement bouleversées.

Au Vietnam, les productions de riz sont menacées par la montée des eaux. En Afrique subsaharienne, les sécheresses privent d’eau des millions d’agriculteurs. Au Mozambique, le cyclone Idai a détruit de nombreuses cultures vivrières. Tous ces phénomènes rendent les prévisions sur les récoltes impossibles et plongent les populations chaque fois un peu plus dans l’insécurité alimentaire.

La crise de la COVID-19 : un facteur aggravant l’insécurité alimentaire

Plus d'un an après le début de la pandémie COVID-19 celle-ci continue de menacer le développement et l'avenir des populations déjà fragilisées par les effets du changement climatique et les conflits.

Alors que 690 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, le Programme alimentaire mondial a mesuré que la crise de la COVID-19 pousserait des millions de familles supplémentaires dans la faim, principalement dans les pays déjà en crise. Le risque de famine est particulièrement présent dans plusieurs pays comme le Yémen, le Soudan du Sud, le nord du Nigéria et la République démocratique du Congo.

Les restrictions d’échanges internationaux visant à freiner la pandémie a des impacts directs sur l’accès à la nourriture. Face à la fermeture des frontières et aux restrictions sanitaires, les prix des denrées alimentaires augmentent au moment où les opportunités de travail diminuent. Face à cette situation, les Nations Unies estiment que 235 millions de personnes dans le monde auront besoin d’une assistance humanitaire en 2021.

 

Grâce à Vision du Monde, vous aussi, soutenez les populations victimes de la faim en devenant parrain ou marraine.

Vous pourriez aussi être intéressé par...