Qu’est-ce qu’être un enfant dans un bidonville ?

Selon les Nations unies, un bidonville désigne la partie défavorisée d'une ville marquée par des logements insalubres, une population pauvre et l’absence totale de droit de propriété et donc de sécurité foncière. Toujours selon l’ONU, un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles à travers le monde. D'ici 2050, les habitants des bidonvilles pourraient atteindre 3 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, si rien n'est entrepris pour déjouer les estimations. Vision du Monde entend bien participer au combat contre l’extrême pauvreté et l’insalubrité pour agir en faveur de la protection des enfants de ces quartiers défavorisés à travers le monde. 

Les bidonvilles dans le monde : état des lieux

Des townships d’Afrique du sud aux favelas du Brésil, en passant par les gecekondu de Turquie, les bidonvilles sont présents dans le monde entier. Ces regroupements d’habitations précaires, subis par une population marginalisée, sont construits avec des matériaux de récupération dans des espaces souvent restreints et sans aucune installation sanitaire. D’après les observations de l’ONU-HABITAT, ces zones d’habitation sont privées de plusieurs éléments essentiels comme :

  • L’accès à l’eau potable,
  • L’accès à un assainissement décent,
  • Des espaces de vie suffisants,
  • Des logements durables dans le temps,
  • L’accès à la sécurité foncière.

Bien plus qu’un lieu de transit, comme cela peut être le cas des campements de réfugiés, les bidonvilles sont de véritables lieux à usage d’habitation permanente. Les bidonvillois, nom donné par les Nations Unis, s’installent dans ces quartiers précaires pour plusieurs années.

Actuellement, de nombreux bidonvilles sont déjà installés dans le monde entier. Bien que le recensement soit compliqué, on compte :

  • Plus d’un million d’habitants à Soweto en Afrique du sud,
  • Environ 700 000 habitants dans le bidonville de Dharavi en Inde,
  • Entre 170 000 selon le gouvernement et 1 000 000 selon les ONG à Kibera, au sud de Nairobi au Kenya. 

En 2050, les estimations prévoient un total de 6,5 milliards de citadins dans le monde, soit 70 % de la population de la planète. Une situation qui risque de favoriser l’accroissement du nombre de terrains et habitats insalubres. 

En cause ? Le désir des populations de rejoindre la ville dans l’espoir d’une vie meilleure. L’exode rural est l’une des causes principales de la croissance urbaine et de la progression de ces quartiers en périphérie urbaine. Les ruraux rejoignent les grandes villes, poussés par le besoin de trouver du travail, de fuir des conflits, des catastrophes naturelles et des pénuries alimentaires. Aujourd’hui, la population urbaine augmente de 200 000 habitants chaque jour. Un phénomène majoritairement observé dans les pays en voie de développement.  

Comment vivent les enfants dans les bidonvilles ?

La précarité des logements et les conditions de vie insalubres empêchent les enfants de bidonvilles de profiter pleinement de leurs droits fondamentaux comme le droit au logement décent ou à l’éducation. Selon un rapport de l’UNICEF sur la situation des enfants en milieu urbain, des centaines de millions d'enfants vivant dans les villes n’ont pas accès aux biens et services de première nécessité.  

Le manque d’accès à l’eau potable et l’absence d’infrastructures d’assainissement fragilisent la santé des plus vulnérables. Les enfants sont les premières victimes des conditions sanitaires médiocres de ces lieux de vie. La nourriture, quand elle ne manque pas, ne suffit pas à combler tous les apports nutritifs nécessaires à la croissance des enfants et nombreux sont ceux qui souffrent de malnutrition sévère. Selon le rapport établi en 2010, près de huit millions d’enfants de moins de cinq ans sont décédés des suites d’une pneumonie, de la diarrhée ou de complications survenues lors de l’accouchement. En ville, les services médicaux peinent à gérer le nombre croissant de nouveaux habitants et les plus précaires sont souvent mis de côté et stigmatisés.

La vie d'une famille dans un bidonville au Cambodge

Malheureusement, l’habitat précaire n’améliore pas les conditions de vie des enfants des bidonvilles. Souvent logés dans des cabanes et squats, les habitants des bidonvilles sont plus proches de l’habitat insalubre que du logement convenable pour des enfants. Les combustibles dangereux utilisés par les occupants des taudis polluent l’air de l’ensemble de l’habitation et du quartier. La majorité des habitants du bidonville subissent cette situation précaire, dans l’incertitude la plus totale quant à une possible expulsion qui viendrait aggraver leurs conditions de vie.

Une situation précaire qui touche également au droit des enfants à l’éducation et l’égalité des chances. Quand ils ne sont pas victimes de trafics, les enfants et adolescents sont contraints de travailler pour subvenir aux besoins de la famille ; une activité difficilement conciliable avec une scolarisation sereine et épanouie. D’autres facteurs peuvent pousser les enfants hors du système scolaire comme l’illettrisme, le fait de parler une langue étrangère ou un dialecte, ou encore les frais de scolarité pouvant représenter un quart du revenu du foyer. D’après les estimations, quelques dizaines de millions d’enfants vivent ou travaillent dans les rues des différentes villes du monde. 

Les actions de Vision du Monde pour les enfants : le cas du bidonville de Phnom Penh au Cambodge

La capitale du Cambodge, Phnom Penh, fait partie de ces réseaux urbains à forte densité. Aujourd’hui, on y compte plus de 2,1 millions d’habitants et cette population pourrait atteindre 7,9 millions de personnes d’ici 2030. Face à cette urbanisation, les communautés pauvres et précaires se multiplient dans les quartiers alentours de la ville. Une situation qui n’est pas favorable aux droits fondamentaux des enfants :

  • 65 % des enfants de moins de 5 ans sont en état de malnutrition sévère,
  • 52 % des enfants sont livrés à eux-mêmes dans les rues de Phnom Penh et sont menacés par différentes formes de violences,
  • 48 % des ménages n'ont pas les ressources nécessaires pour subvenir aux besoins alimentaires de leur famille.

Vision du Monde, via le réseau international World Vision, participe depuis octobre 2019 à l’Urban Vision Initiative Programme. Instauré dès 2004 dans la ville de Phnom Penh, ce programme de développement urbain entend accompagner les habitants d’une trentaine de quartiers péri-urbains de Phnom Penh et plus de 25 villages, dans les domaines de la nutrition, de l’accès aux moyens de subsistance et de la sécurité et de la protection des enfants.  

L’accès à la santé et la lutte contre la malnutrition sont au cœur des activités du programme. Différents ateliers de sensibilisation et de formation ont été organisés afin de transmettre les bons gestes pour la bonne alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, contre la mauvaise gestion des déchets, les maladies et les décès infantiles, et diffuser de bonnes pratiques d’hygiène à l’école et au sein des foyers. Les communautés sont invitées à devenir actrices de leurs droits, à s’engager dans le sens de leur propre développement jusqu’à mener d’elles-mêmes des actions de plaidoyer.
 

Enfants vivant en sécurité dans un bidonville au Cambodge

Plus de cent familles ont également pu assister à des ateliers de prévention contre le trafic d’êtres humains, les abus sexuels et la consommation de drogues afin de lutter contre les différentes formes de violence qui touchent les enfants. Vision du Monde fait la promotion des relations apaisées au sein du cadre familial, notamment dans le but de réduire les faits de violences conjugales et les actes de maltraitance envers les enfants. Grâce à la mise en place de ses Espaces Amis des Enfants, Vision du Monde fournit aux enfants un environnement sécurisé où ils peuvent jouer, apprendre et s’exprimer. L’objectif est de protéger les enfants des souffrances physiques, de la détresse psychologique et de leur permettre de se développer. 

En travaillant main dans la main avec les institutions publiques, les chefs de village, les jeunes et les membres de communautés urbaines, l’ONG internationale entend faire de l’accès à l’éducation une priorité et protéger les enfants contre toutes formes de violence à Phnom Penh et dans le monde.
 

Commencez l'aventure du parrainage et changez la vie de nombreux enfants du Cambodge !