Protéger les filles des mutilations génitales féminines grâce aux méthodes alternatives

Victimes de mutilations génitales féminines (MGF), de nombreuses jeunes filles à travers le monde perdent confiance en elles quand d’autres vivent dans la peur de subir les mêmes pratiques néfastes. Grâce au projet Big Dream, Vision du Monde agit pour la protection des filles et des femmes au Kenya afin que ces violences sexuelles prennent fin.

Vacances scolaires : un risque accru pour les jeunes filles

Faith fille sauvée de l'excision

Faith, 16 ans, rêve de poursuivre des études supérieures afin de devenir infirmière. Un rêve qui s’est éloigné en mars 2020, lorsque le gouvernement a fermé les écoles en raison de la pandémie de COVID-19. « J'avais peur de rentrer chez moi parce qu'une de mes amies s'était mariée et qu'une autre avait subi des mutilations génitales féminines (MGF) pendant les vacances scolaires de décembre 2019 », raconte-t-elle.

Originaire de Masol, dans la région de West Pokot, au Kenya, Faith a de grands risques de subir elle aussi des mutilations. Des pratiques considérées comme un rite de passage dans sa culture. « Si vous n’êtes pas excisée, parfois les gens se moquent de vous et vous considèrent comme une enfant. ».

Dans de nombreuses cultures, les mutilations sexuelles (excisions, clitoridectomies, infibulations) symbolisent le passage de la jeune fille à l’âge adulte. Mais ces pratiques traditionnelles, aux effets physiques et psychologiques dévastateurs, sont également réalisées sur des fillettes dès les premières années de leurs vies.

Selon les données de l'UNICEF, il y a quatre millions de filles et de femmes excisées au Kenya. Les vacances scolaires sont des moments risqués pour les jeunes filles puisque les familles profitent de ces pauses pour les emmener chez une exciseuse, parfois juste avant de les marier.

« Je me sentais seule et j'avais peur d'en parler. Lorsque les écoles fermaient, je restais dans ma chambre d’internat la plupart du temps et je ne quittais plus l’enceinte de l’établissement scolaire » raconte Faith.

Sensibiliser filles et garçons pour mettre fin aux mutilations génitales féminines

En 2011, le Kenya promulguait la loi sur l'interdiction des mutilations génitales féminines. Depuis 2019, le pays adopte une politique nationale qui vise l'éradication des MGF d'ici 2030 afin de respecter les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

Pour relever ce défi, Vision du Monde, donne aux communautés les moyens d'abandonner les mutilations faites aux filles par le biais du projet Kenya Big Dream mis en place dans la région de West Pokot, au Kenya. Via son approche Alternative Rites of Passage (Rites de passage alternatifs) et en accord avec les communautés locales, le Partenariat international World Vision permet aux filles d’être considérées comme des adultes grâce à des méthodes alternatives, sans être circoncises et mariées conformément aux exigences culturelles.

Au cours des sessions de formation proposées par l’ONG internationale, les filles, comme les garçons, sont sensibilisés à la santé sexuelle, aux droits des enfants, et aux effets néfastes des mutilations sexuelles sur la santé. Les participants sont également formés aux techniques commerciales afin de les aider dans leur avenir professionnel.

Faith a entendu parler de ces ateliers grâce à sa mère.

« Je suis fière car au lieu de subir l’excision, j'ai maintenant un certificat et des compétences qui m'aideront dans la vie. À l'école, j’aide désormais les filles qui rencontrent des problèmes et je leur partage ce que j'ai appris. J'aimerais que Vision du Monde organise ces ateliers de formation plus fréquemment. »

Durant les week-ends, Faith se rend également dans les villages voisins avec sa mère pour parler aux filles qui ont peur de dénoncer les méfaits des Mutilations Génitales Féminines. « Nous encourageons également les garçons à aller à l'école et les filles à terminer leurs études au lieu de se marier. Grâce aux ateliers, j’ai repris confiance et me sens beaucoup mieux qu'avant », affirme la jeune fille.

 

Comme Faith, de nombreuses jeunes filles continuent de craindre le retour à la maison durant les vacances scolaires. Vision du Monde travaille au sein des populations pour changer progressivement les mentalités et assurer un avenir serein à chacune d’entre elle.

Vous pourriez aussi être intéressé par...