Enfants libanais à l'école

Le programme de développement de Beirut Urban

Vision du Monde vient en aide aux enfants du Liban depuis 2009
15 octobre 2019

De 1975 à 1989 le Liban a souffert d’une violente guerre civile et religieuse responsable de la mort de 150 000 personnes et de la disparition de 17 000 autres, forçant des centaines de milliers de libanais à s’exiler ou à se déplacer. Le partenariat international World Vision est alors intervenu pour fournir une aide alimentaire et médicale. Les premiers programmes de développement de long terme voient le jour dans les années 1990. En 2011, le Liban connaît une nouvelle crise avec l’arrivée des réfugiés syriens qui ont alors besoin d’une aide d’urgence. L’association de solidarité internationale Vision du Monde est venue rejoindre le partenariat international World Vision au Liban en 2009 avec son programme de développement urbain à Beyrouth.

Dépasser les tensions communautaires

Le Liban compte aujourd’hui environ 6 millions d’habitants et est marqué par une forte diversité culturelle. Il y a près d’une vingtaine de communautés dont les principales sont les chrétiens, les chiites et les sunnites. Ces communautés doivent alors apprendre à cohabiter.

Selon la Banque Mondiale, le Liban a accueilli 1,5 million de Syriens (soit l’équivalent d’un quart de la population libanaise) depuis le début de la guerre civile en Syrie en mars 2011. Ces réfugiés s’ajoutent aux 174 422 palestiniens déjà présents dans le pays. 

Le programme de développement de Vision du Monde intervient dans la banlieue de Beyrouth. En 2016, dans cette zone seulement 48% des élèves se disaient toujours prêts à accepter quelqu’un différent d’eux. La crise syrienne exacerbe les tensions communautaires. Dans certaines écoles bénéficiant des actions de Vision du Monde, il y avait 30% de syriens en 2016, et 70% en 2017. Certains parents libanais sont réticents à l’idée d’accueillir des enfants syriens qui ne parlent pas la langue pratiquée à l’école, à savoir le français, car selon eux cela nuirait à la qualité de l’enseignement.

Vision du Monde vient en aide aux enfants de la banlieue de Beyrouth

L’éducation est un enjeu majeur à Beyrouth où les écoles surchargées accueillent un nombre croissant de réfugiés syriens. Depuis 2016, Vision du Monde apporte un soutien tout particulier à 8 écoles de la banlieue de Beyrouth dans les domaines de l’accès à l’eau et l’amélioration des pratiques d’hygiène, de la protection des enfants et de la construction de la paix.

Fournir de meilleures installations sanitaires aux enfants

Afin de réduire les maladies liées à l’eau, le programme de développement de Vision du Monde mène des actions pour améliorer durablement les pratiques d’hygiène et d’assainissement des communautés. Il s’agit alors de construire ou rénover des installations sanitaires telles que des toilettes, des lavabos ou des citernes.
Ainsi en 2018, 255 enfants ont été formés aux bonnes pratiques d’hygiène mises en application grâce notamment à la mise en place de distributeurs de savon dans les écoles. 630 élèves ont pu bénéficier de la rénovation de sanitaires au sein de trois écoles. 

Petite fille libanaise et sa maîtresse d'école

Protéger les enfants contre toutes formes de violences

Le programme de Beirut Urban vise à protéger les enfants de 6 à 18 ans des violences dont ils peuvent être victimes. Le projet s’organise alors autour de quatre axes principaux :

  • Appliquer et transmettre de bonnes pratiques éducatives. Il s’agit de mettre un terme aux diverses violences éducatives ordinaires à travers des campagnes de sensibilisation à destination des adultes. Ces formations visent à mettre en lumière les effets négatifs des méthodes éducatives basées sur la violence. Les cas de violence sont détectés et un suivi est mis en place.
  • Apprendre aux enfants à se protéger contre les violences. Les professeurs sont formés pour animer des ateliers dans leurs classes autour de la cohésion sociale. Les enfants apprennent alors à exprimer leurs sentiments calmement et à être à l’écoute des autres. Vision du Monde s’appuie sur le tissu associatif local pour protéger les enfants vulnérables des camps de réfugiés et des orphelinats.     
  • Renforcer le respect des droits de l’enfant. Des comités de jeunes sont créés pour leur permette de s’impliquer au sein de leur communauté, de défendre leurs droits et de porter des campagnes de plaidoyer. Cela permet aux jeunes de mener des projets et de les défendre auprès des municipalités. Chaque jeune apprend ainsi à devenir un citoyen acteur de ses droits.    
  • Sécuriser l’environnement des enfants. Pour améliorer la sécurité des enfants, cinq écoles ont été rénovées. Le toit d’une école a par exemple été réparé pour que l’eau de pluie ne s’infiltre plus dans les classes. Les enfants peuvent désormais apprendre dans de meilleures conditions. En 2019, l’association continue ces travaux de rénovation dans les autres écoles du programme.    

Zoom sur les activités de protection des enfants en 2018  

  • Le comité de jeunes a mis en place une campagne de sensibilisation à la protection des enfants et ses représentants participent à des événements auprès des instances internationales. Une jeune membre du comité de jeunes a notamment été invitée à participer aux sessions de préparation du G7 au Canada. Elle a rencontré l’ambassadrice canadienne au Liban afin de témoigner du rôle de l’éducation des jeunes femmes dans le développement du pays. 
  • Près de 1 500 enfants ont participé à plus de 450 séances de gestion des émotions et de communication non-violente et une quinzaine de professeurs ont été formés à l’animation de sessions de cohésion sociale. 
  • Un concours sur la protection des enfants a rassemblé les élèves de 7 écoles. Ce concours était l’occasion pour les enfants de faire de la prévention contre la violence, le harcèlement et les abus de manière créative. Ils ont par exemple organisé des jeux de rôles, récité des contes et proposé d’autres performances artistiques. 
  • Près de 80 parents ont été sensibilisés aux différentes formes de violences et à leurs effets néfastes sur le développement de l’enfant. Les formations s’articulent autour de trois axes : les effets et les signes d’abus, le rôle des adultes dans la protection des enfants et la discipline positive.
  • Plus de 1 000 enfants ont participé à de sessions de « vivre ensemble » où ils apprennent à exprimer leurs sentiments, à donner et à être solidaires.
  • Ces enfants ont effectué une visite d’une maison de retraite, organisé deux compétitions sportives, créé trois peintures sur les murs de leur cour de récréation, organisé une chasse au trésor et proposé une activité culinaire aux autres jeunes de la communauté. 

Cynthia, membre du comité des jeunes témoigne : « J’aime participer aux activités du comité de jeunes. C’est excitant de voir des gens des différents quartiers, de différentes cultures et religions se rassembler et travailler ensemble. Nous avons un objectif commun : améliorer notre société et notre pays. »

Le soutien de Vision du Monde permet aux enfants et aux jeunes de faire face aux défis qu’ils rencontrent, construire un avenir meilleur et effacer les tensions au sein des jeunes générations.