Cours de nutrition parents-enfants en Ouganda

Vision du Monde lutte contre la malnutrition

Aujourd'hui encore, 821 millions de personnes souffrent de la faim.
2. octobre 2019

L’objectif n°2 – « Faim zéro » – des 17 Objectifs de développement durable pour changer le monde définis par les Nations Unies nous rappelle qu’il est temps d’éliminer la faim, d’assurer la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de promouvoir l’agriculture durable. Notre planète produit suffisamment de ressources alimentaires pour nourrir tous ses habitants, pourtant 821 millions de personnes souffrent de la faim. Il n’est pas normal que la malnutrition soit encore un enjeu quand on sait qu’un tiers de la nourriture produite dans le monde est gaspillé.

La malnutrition, qu’est-ce que c’est ? 

L’Organisation Mondiale de la Santé définit la malnutrition comme les carences, les excès ou les déséquilibres dans l’apport énergétique et/ou nutritionnel d’une personne. Ce terme couvre donc deux groupes : la sous-nutrition et le surpoids. 

Il existe deux types de sous-nutrition : la malnutrition chronique et la malnutrition aiguë. La malnutrition chronique se caractérise par un retard de croissance chez l’enfant qui est alors trop petit par rapport à son âge. La malnutrition aiguë quant à elle se caractérise par un poids insuffisant par rapport à la taille de l’enfant, elle peut être modérée ou sévère. 

Dans tous les cas, la malnutrition peut avoir de graves conséquences sur la santé, tout particulièrement lors des 1000 premiers jours de l’enfant. D’ici 2030, les Nations Unies espèrent atteindre la « Faim zéro » pour permettre à tous les enfants de grandir en bonne santé.  

Il ne faut pas confondre malnutrition et famine, cette dernière est une forme beaucoup plus violente et extrême de la faim. Il n’existe pas de définition officielle de la famine, mais elle peut être définie comme le manque quasi-total des différentes denrées alimentaires s’étendant sur une longue durée à cause duquel l’ensemble d’une population (d’une ville, d’une région, d’un pays) souffre de la faim. 

Selon le rapport mondial des crises alimentaires de 2019 publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, en 2018, plus de 113 millions de personnes dans 53 pays étaient au bord de la famine, soit en état d’insécurité alimentaire aiguë. Les pays les plus touchés étaient : le Yémen, la République du Congo, l’Afghanistan, l’Éthiopie, la Syrie, le Soudan, le Soudan du Sud et le nord du Nigeria. Ces huit pays concentraient à eux seuls deux tiers des personnes dans le monde souffrant d’insécurité alimentaire. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture vient en aide aujourd’hui aux populations de quatre pays touchés par les problématiques de famine : le Nigéria, le Soudan du Sud, la Somalie et le Yémen.

La malnutrition dans le monde, une situation alarmante 

Les Nations Unies estiment que d’ici 2050, 2 milliards de personnes supplémentaires souffriront de malnutrition. 

Zoom sur la situation actuelle : 

  • 1 personne sur 9 est en sous-alimentation chronique dans le monde, soit 821 millions de personnes 
  • 140 millions d’enfants souffrent de malnutrition 
  • 45% des décès d’enfants de moins de 5 ans sont dus à la malnutrition, cela représente 3,1 millions d’enfants
  • 151 millions d’enfants de moins de 5 ans sont trop petits pour leur âge
  • Dans les pays en développement, 12,9% de la population est sous-alimentée
  • 1 enfant sur 4 souffre d’un retard de croissance dû à la malnutrition 
  • Dans les pays en développement, 66 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ont faim lorsqu’ils sont en classe, dont 23 millions en Afrique seulement 

L’Asie et l’Afrique sont les continents où vivent le plus de personnes souffrant de sous-alimentation chronique. Ils sont 514 millions en Asie, alors que sur le continent africain, 19,9% de la population est sous-alimentée, un chiffre qui ne cesse d’augmenter. Les Nations Unies expliquent cette hausse par une combinaison de facteurs – conflits et changements climatiques en font partie. L’augmentation de la malnutrition est d’ailleurs plus marquée dans les pays en conflit. 

Il est grand temps de repenser notre système de consommation mondiale pour que chaque enfant mange à sa faim.  
 

Mère et fille du Bangladesh qui mangent

Les racines de la malnutrition 

Les causes de la malnutrition sont multiples. La pauvreté, l’impossibilité d’accéder à de la nourriture, les maladies, les conflits, les changements climatiques, le manque d’eau potable sont autant de facteurs pouvant entraîner une crise alimentaire.  

La pauvreté et l’impossibilité d’accéder à de la nourriture

La majorité des personnes souffrant de la faim dans le monde vivent dans un pays en développement, où 12,9% de la population est sous-alimentée. La pauvreté n’entraîne pas nécessairement la malnutrition, mais elle y contribue car elle détermine la disponibilité de nourriture pour les populations les plus vulnérables. En effet, les crises alimentaires surviennent quand il devient impossible pour les populations trop pauvres d’accéder à une quantité suffisante de nourriture. 

Les maladies 

L’état de santé général des enfants – diarrhées, paludisme, infections respiratoires, tuberculose, rougeole, etc. – peuvent à la fois être la cause et la conséquence de la malnutrition. Quand maladie et malnutrition sont réunies, cela déclenche un cercle vicieux de sous-alimentation et de vulnérabilité aux maladies. Vacciner les enfants contre la rougeole, les protéger du paludisme ou des diarrhées sont autant de moyens de lutter contre la malnutrition. 

Les conflits 

Les conflits impactent la sécurité alimentaire des populations et compromettent durablement l’accès à la nourriture. Obligées de fuir leurs terres pour survivre, les personnes déracinées perdent leurs moyens de production de nourriture. Les champs abandonnés ne produisent plus et les circuits de distribution sont perturbés, c’est alors l’ensemble de la population qui subit les conséquences des conflits car elle n’est plus en mesure de se procurer une quantité suffisante de nourriture. Par ailleurs, la famine est régulièrement utilisée comme arme de guerre. 

Les changements climatiques 

Le changement climatique exerce une forte pression sur les ressources dont nous dépendons et les désastres naturels sont en constante augmentation. Sécheresses, cyclones, inondations, etc. dévastent des régions déjà vulnérables. L’impact du changement climatique contribue à augmenter les souffrances liées à la faim. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le changement climatique pourrait accroître de 20% les risques de malnutrition d’ici 2050. 

Le manque d’eau potable

L’eau, l’hygiène et l’assainissement (WASH) sont des éléments clés pour que les populations restent en bonne santé. Une eau insalubre peut entraîner la malnutrition car elle augmente la vulnérabilité vis-à-vis des infections, les enfants malades sont fragilisés et n’obtiennent plus les nutriments dont ils ont besoin pour survivre. Pourtant, encore 844 millions n’ont pas accès à l’eau potable. 

La malnutrition : un frein au développement des communautés 

Pour qu’un enfant soit en bonne santé, il doit être bien nourri. Lui donner accès à une alimentation de qualité, c’est lui permettre de se développer correctement et d’aller à l’école dans les meilleures conditions. Encore trop d’enfants ont faim à l’école, dans les régions en développement, ils sont 66 millions. La malnutrition a des conséquences négatives sur le développement physique et intellectuel des enfants. C’est un poids énorme pour les pays, tout particulièrement dans les pays en développement.

Face au manque de nourriture, les familles doivent faire des choix. L’éducation n’est plus la priorité et les enfants quittent l’école pour aller travailler, les jeunes filles abandonnent leur scolarité pour se marier… Ces enfants ne pourront pas défendre leurs droits et auront beaucoup de mal à briser le cercle de la pauvreté. 

L’économie, la santé, l’éducation, l’égalité et le développement social se porteraient mieux si l’objectif « Faim Zéro » des Nations Unies était atteint. 
 

Petites filles cambodgiennes qui mangent

La malnutrition, un réel enjeu au Cambodge 

Alors que le Cambodge connaît une croissance économique particulièrement dynamique grâce au tourisme et aux industries textiles et agroalimentaires, de profondes inégalités persistent. Le pays est marqué par une très forte urbanisation et une recrudescence du nombre de personnes vulnérables. 

L’ONG humanitaire Vision du Monde vient d’ouvrir un nouveau programme de parrainage au Cambodge. Malgré l’aide apportée ces dernières années par le partenariat international World Vision, les besoins sont encore nombreux dans la zone urbaine de Phnom Penh. Vision du Monde a identifié des axes sur lesquels elle pourra agir de manière concrète et durable : protéger les enfants contre toutes formes de violence ; assurer la bonne santé de tous les enfants en luttant contre la malnutrition ; améliorer l’accès des familles aux moyens de subsistance et permettre l’accès à l’éducation à tous les enfants. 

Vision du Monde viendra en aide à plus de 52 000 personnes, dont au moins 8 000 enfants. L’ONG humanitaire souhaite agir en priorité sur la bonne santé de tous les enfants pour les protéger des maladies et infections, et faire reculer les cas de malnutrition. En effet, dans les communautés vulnérables des zones urbaines de la capitale, 65% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition sévère.

Il s’agit alors de favoriser l’accès aux infrastructures et aux pratiques d’hygiène en sensibilisant les communautés. L’association mettra en place des clubs de nutrition pour détecter les cas de malnutrition chez les enfants de moins de 3 ans et formera les familles à la préparation de repas adaptés aux nouveau-nés. Par ailleurs, Vision du Monde participe à l’amélioration du cadre politique et légale en matière de protection. Ainsi, l’ONG humanitaire – en partenariat avec d’autres organisations de la société civile cambodgienne – se mobilise et s’engage au travers du Scale Up Nutrition Framework (une campagne internationale visant à combattre la malnutrition dans le monde). 

Si des progrès ont été réalisés pour faire reculer la malnutrition à travers le monde, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre l’objectif « Faim Zéro » des Nations Unies d’ici 2030.