Retour sur le voyage de nos équipes en Birmanie
Notre-équipe-en-Birmanie-parrainage-vision-du-monde

Notre équipe en Birmanie : retour sur un voyage marquant

Retour sur le voyage de nos équipes et notre marraine d'honneur en Birmanie
13. mars 2018

La première semaine de mars, Amandine Chaignot (marraine d’honneur de Vision du Monde), Camille Romain Des Boscs (directrice de Vision du Monde) et Sandrine Planchon (responsable communication) sont allées en Birmanie (Myanmar) dans notre programme de Dagon Seikkan. Entre rencontre ou retrouvailles avec leur filleul et redécouverte des lieux, retour sur ce séjour riche en émotions !

A 16km de Rangoon, la capitale économique du pays, le programme de Dagon Seikkan a été lancé il y a 9 ans pour venir en aide aux communautés rurales vulnérables. Pendant le trajet, Camille a retrouvé les ambiances qu’elle avait découvertes en 2013, lorsqu’elle avait rencontré son filleul pour la première fois : la chaleur (plus de 30° !), la végétation mêlée aux habitations en tôle, les étals de fruits au bord de la route, les voix des enfants qui jouent dans la rue et des passants qui s’interpellent…

Dagon-Seikkan

Au programme : rires et partage

Accompagnée par nos collègues birmans, la petite équipe est enfin arrivée à l’école où Amandine allait rencontrer sa filleule pour la première fois. Les visiteurs ont été accueillis par les enfants qui leur ont offert des fleurs et se sont mis à chanter dans un mélange de birman et d’anglais. Une fois les présentations faites, au tour de Camille et d’Amandine de chanter une petite comptine, assises au milieu des enfants qui tapaient des mains… une belle façon de commencer la journée !

Amandine-et-sa filleule-parrainage-vision-du-monde
Preparation-du-dejeuner

Pour faire connaissance avec sa marraine, la filleule d'Amandine lui a montré comment faire le thanaka et le lui a appliqué sur les joues, le front, le bout du nez et les bras. Ce mélange birman fait à partir d’écorce diluée dans de l’eau est à la fois un produit de beauté, une protection contre le soleil et un gardien symbolique de l’âme.

Ainsi « maquillée », Amandine a rejoint des mamans pour commencer à préparer le déjeuner. Au menu : poulet au gingembre, chayottes poêlées et poisson frit ; une autre façon pour la cheffe cuisinière (et pour le reste de l’équipe) de découvrir les coutumes de Birmanie.

 

L’éducation, un enjeu pour les familles

Après ce bon repas partagé tous ensemble, Amandine, Camille et Sandrine sont parties découvrir un Non Formal Education Center créé en 2014. Dans une classe spécialisée, 24 jeunes déscolarisés retrouvent un parcours de formation grâce à des activités concrètes.

Groupes-depargne-collective-et-de-gestion-parrainage-vision-du-monde

Dans un autre district de Dagon Seikkan, des groupes d’épargne collective et de gestion ont été mis en place. Le principe ? Les membres du groupe mettent chaque mois un peu d’argent de côté, et à la fin de l’année, la somme collectée est redistribuée proportionnellement. Ce système permet aux participants (souvent des femmes) de gérer eux-mêmes leurs économies au sein de leur quartier et de se fixer des objectifs de développement.

« Certaines mères travaillent énormément pour mettre de côté l’équivalent de 1$ par mois. Ça peut paraître dérisoire mais elles en sont fières. » nous raconte Camille.


L’aide que nous apportons aux femmes et aux communautés prend aussi la forme du VisionFund, un organisme du partenariat World Vision qui permet de financer et de mettre en œuvre des projets de microfinance. L’équipe a rencontré 2 femmes bénéficiaires, dont Thin Thin, qui a pu développer sa petite menuiserie.

« En rencontrant ces femmes, on se rend compte qu’elles sont à la base de tout » explique Amandine. « Ce sont elles qui sont au cœur des communautés, elles qui portent leur famille, c’est la raison pour laquelle l’éducation, notamment l’éducation des filles, est primordiale. »

Il ne faut pas oublier que ce voyage en Birmanie coïncidait avec la Journée Internationale des Droits des Femmes, le 8 mars dernier…Un éclairage supplémentaire sur cette date importante.

En savoir plus sur l'éducation dans nos programmes de parrainage :

Un soutien toujours nécessaire

Camille-et-son-filleul-parrainage-vision-du-monde

Marquées par ces rencontres et ces témoignages forts, Amandine, Camille et Sandrine ont passé un deuxième jour à Dagon Seikkan. Cette fois, c’était au tour de Camille de revoir son filleul.

Pour ces retrouvailles, notre directrice avait apporté des jeux, qui ont été appréciés par tout le monde dans le programme ! Si une visite est le moyen idéal pour créer un lien avec son ou sa filleul(e), nos équipes voient chaque jour à quel point les lettres aussi sont précieuses pour les enfants. Ces échanges viennent illuminer leur quotidien et rendent « vivant » ce lien précieux.

Cinq ans après sa première visite, Camille s’est rendue compte de l’évolution de la situation : la famille de son filleul (qui s’est agrandie !) vit dans de bonnes conditions, de plus en plus d’enfants ont accès à l’éducation, les règles d’hygiène sont respectées, les communautés se développent durablement… Le constat est très encourageant. Pour autant, les besoins en formation (gestion des nouveaux équipements, accompagnement des enfants) et en sensibilisation (propreté des rues, éducation) restent très importants. Après la phase de construction et de mise en place des projets, nos équipes et les familles de Dagon Seikkan ont encore et toujours besoin de soutien.