Urgence en Indonésie

Retour sur l'aide apportée par Vision du Monde

En septembre 2018, l’Indonésie a connu de terribles tremblements de terre, tsunami et glissements de terrain. Sur l’île de Sulawesi cette catastrophe naturelle a fait plus de 200 000 victimes. Il s’agit de la région la plus touchée par ces catastrophes naturelles. 

Depuis un an, Vision du Monde est venu, via le partenariat World Vision, en aide à plus de 160 000 personnes, dont plus de 66 400 enfants. D’octobre à mars 2019, une aide d’urgence de première nécessité a été déployée par les équipes locales. En avril 2019, l’aide s’est structurée autour de plusieurs domaines d’action, dont la mise en place d’abris, l’eau et l’assainissement, la santé et l’alimentation, l’éducation et le développement économique.

Il s’agit désormais de mettre en place un accompagnement post-traumatique des populations pour leur permettre d’avancer et de se reconstruire face à ce drame.

  • Plus de 7 700 personnes ont bénéficié d’activités de protection de l’enfance
  • Plus de 15 000 enfants ont participé aux activités éducatives
  • Plus de 21 000 personnes ont eu accès à l’aide alimentaire et aux soins de santé
  • Plus de 87 000 personnes ont profité d’un accompagnement au développement économique
  • Près de 80 000 personnes ont bénéficié de l’aide d’urgence pour l’accès aux abris, à la distribution alimentaire et aux produits de premières nécessités. 
     

Déployer une aide d’urgence efficace pour assurer les premiers besoins des victimes du tsunami et des tremblements de terre

Pendant les 90 premiers jours qui ont suivi les tremblements de terre, tsunami et glissements de terrain, l’aide menée par les équipes locales de Vision du Monde a principalement pris la forme de distribution de nourriture et de biens de premières nécessités. 80 000 personnes ont reçu entre autres des bâches, de la nourriture, des ustensiles de cuisine, des kits d’hygiène, des lampes solaires ainsi que des moustiquaires.

Un an après la catastrophe naturelle plus de 6 600 familles vivent encore dans des tentes. Le gouvernement a mis en place près de 4 470 abris temporaires, où l’accès à l’eau reste un problème majeur, tout comme l’absence d’installations sanitaires adéquates. Beaucoup de familles préfèrent ainsi vivre dans des tentes avec leurs proches non loin des ruines de leurs anciennes habitations. Il reste encore beaucoup à faire pour permettre aux populations de se reconstruire dans un environnement sûr. 

Famille indonésienne sous une tente d'urgence

Assurer l’accès à l’eau et aux installations sanitaires 

L’accès aux toilettes et à de l’eau potable a très vite été identifié comme un besoin prioritaire pour plus de 152 000 personnes. De nombreuses femmes craignaient d’utiliser les toilettes la nuit en raison du manque de lumière. Pour répondre efficacement à cette problématique, les équipes locales de Vision du Monde ont installé plus de 630 toilettes non mixtes et des distributeurs de savon pour faciliter le lavage des mains, dans les zones d’accueil des victimes et les écoles. Toutes les installations sanitaires sont désormais équipées de lumières et près de 100 000 personnes ont accès à l’eau potable grâce aux 180 points d’eau.

Via le partenariat World Vision, Vision du Monde a mené des activités de sensibilisation aux pratiques d’hygiène pour éliminer durablement les maladies hydriques, qui provoquent des diarrhées et peuvent ainsi être mortelles chez les enfants de moins de 5 ans. Ce sont alors près de 32 000 personnes qui ont été sensibilisées au lavage des mains et à la lutte contre la défécation à l’air libre. 

Agir contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition des plus jeunes

Les infrastructures de santé ont été grandement touchées par la catastrophe naturelle, engendrant des conséquences désastreuses sur la prise en charge des personnes blessées. Les postes de santé au niveau des villages ont dû être fermés et le personnel de santé a été mobilisé sur les zones d’évacuation. Les populations locales connaissaient déjà de nombreuses problématiques sanitaires, comme les retards de croissance chez les enfants et ainsi qu’un faible taux d’allaitement. Ces problèmes de santé publique ont été pris en considération par les équipes locales de Vision du Monde pour mettre en place l’aide d’urgence : des espaces dédiés à l’allaitement ont été créés ; le personnel de santé a été formé aux bonnes pratiques nutritives, tel que l’allaitement exclusif, ou le suivi pondéral des enfants. 
L’ONG humanitaire World Vision a construit de nouveaux bâtiments dédiés au suivi médical des mères et celui de leurs enfants. Les femmes peuvent se faire suivre pendant leurs grossesses et bénéficier des salles d’examens et d’allaitement. Grâce à ces postes de santé, les populations peuvent se laver les mains à l’eau savonneuse et accéder à des toilettes non mixtes. 

Après l’aide sanitaire d’urgence, l’attention est portée sur la lutte contre l’insécurité alimentaire et le recul du taux de malnutrition. Il s’agit alors à la fois de mener des actions préventives, de détecter les enfants touchés par ce problème et d’accompagner les pratiques nutritives des familles. En lien avec l’aide au développement des communautés, les familles sont sensibilisées à la consommation de produits à fort apports nutritifs et issus de l’agriculture locale. 

Maintenir l’accès à l’éducation 

Plus de 1 500 écoles ont été sévèrement touchées par les tremblements de terre, tsunami et glissement de terrain. 1 450 salles de classe ont été détériorées et 4 600 écoles doivent être rénovées. Dans les mois qui ont suivi la catastrophe naturelle, le taux de présence en classe a chuté de 88% en raison du manque de professeurs et de matériels scolaires, des bâtiments détruits et de la peur de retourner à l’école. En réponse à ce constat alarmant :

  • 60 espaces d’apprentissage temporaires ont été mis en place dans une vingtaine d’école 
  • Plus de 12 500 kits pédagogiques ont été distribués dans 200 écoles
  • 800 professeurs ont été formés à la question de l’urgence et de l’accompagnement des enfants au sein du système scolaire. De nombreuses activités ludiques ont été mises en place pour faciliter et encourager le retour en classe des élèves. 

Construire un environnement d’apprentissage stable est désormais la priorité des équipes locales de Vision du Monde. 

Favoriser les activités génératrices de revenus

La plupart des familles victimes du tsunami et des tremblements de terre vivent d’activités agricoles. Or les terres et plantations ont été détruites causant ainsi une perte de récoltes et une réelle mise en danger des activités génératrices de revenus. Via le partenariat World Vision, Vision du Monde a accompagné 200 agriculteurs en évaluant les dommages causés, distribuant des semis, des engrais, des outils agricoles et en mettant en place des formations. 

Au-delà des distributions de nourritures et des biens de premières nécessités, les familles ont très vite été confrontées au besoin de liquidité financière pour subvenir à leurs besoins. Via le partenariat World Vision, les équipes locales de Vision du Monde ont pu impliquer 17 000 personnes dans des activités génératrices de revenus qui permettent d’améliorer les conditions de vie des communautés. Elles ont alors ramassé les décombres et nettoyé les voies publiques en échange d’argent liquide.

Protéger les enfants 

Via le partenariat World Vision, Vision du Monde a pu mettre en place une trentaine d’Espaces Amis des Enfants. Ces lieux ont permis d’accompagner plus de 7 700 enfants en leur apportant un soutien psychologique. Les enfants se retrouvent autour d’activités pédagogiques et profitent d’instants d’insouciance. Le personnel formé peut également détecter des traumatismes plus sévères chez certains enfants et mettre en place un suivi personnalisé. La création de ces Espaces Amis des Enfants a permis de mettre la protection des enfants au centre des préoccupations et d’intégrer petit à petit cette notion au sein des écoles. Les mariages précoces et les grossesses précoces sont des problématiques qui touchent fortement les populations de l’île de Sulawesi, il est donc nécessaire de mettre en place de manière durable des sensibilisations sur les droits des enfants et leur protection. 

L’aide d’urgence mise en place à la suite du tsunami et des tremblements de terre en Indonésie prend petit à petit la forme d’une aide plus durable pour accompagner les populations vers la résilience et l’autonomie. 

Espace Amis des Enfants

Aidez-nous à poursuivre nos actions pour aider les familles indonésiennes.