Favoriser l’accès à l’eau potable pour lutter contre la mortalité infantile

De l’eau à la vie

Au cœur de ses programmes de développement, Vision du Monde vient en aide aux enfants les plus vulnérables en leur apportant notamment un meilleur accès à l’eau potable. Ces populations vivent bien souvent dans des zones rurales et doivent alors marcher en moyenne 6km par jour pour avoir accès à l’eau. Une eau souvent impropre à la consommation et porteuse de bactéries qui rend les enfants malades et les éloignent des bancs de l’école. Dans le monde, chaque jour,
1 000 enfants de moins de 5 ans meurent de maladies liées à l’eau.
L’accès à l’eau potable a un impact direct sur l’éducation des enfants, la santé, l’alimentation et la production agricole. L’eau est source de vie, partageons-la ! 

 

Pour la Journée Mondiale de l'eau,

Camille Romain des Boscs en direct sur France 24

 

Quelles sont les problématiques d’accès à l’eau dans le monde ? 

Selon le dernier rapport des Nations Unies « Ne laisser personne pour compte », sur les 2,1 milliards de personnes qui n’ont pas un accès sécurisé à l’eau, 844 millions ne bénéficient même pas d’un service élémentaire d'approvisionnement en eau potable. Parmi ces personnes, 263 millions vivent à plus de 30 minutes du premier point d’eau et 159 millions continuent à boire l’eau de surface non traitée puisée dans des cours d’eau ou dans des lacs.
Depuis les années 1980, l’utilisation de l’eau dans le monde augmente annuellement d’environ 1% en raison de la demande croissante de l’industrie et des ménages. Or les situations de stress hydriques sont de plus en plus importantes en raison de l’intensification des changements climatiques. 4 milliards de personnes doivent faire face à une grave pénurie d’eau au moins un mois par an. 
La situation est alarmante et creuse les inégalités non seulement entre les pays mais également au sein et entre les régions, les communautés et les quartiers. Près de la moitié des personnes qui puisent leur eau potable directement dans des eaux de surface vit en Afrique subsaharienne. Cette eau est bien souvent impropre à la consommation et engendre de nombreuses maladies hydriques.

Quelles sont les maladies liées
à l’eau ? 

Les maladies hydriques sont engendrées par la consommation ou le contact avec des eaux insalubres. Ces eaux non potables sont vectrices de bactéries, virus ou autres contaminants chimiques qui peuvent avoir des conséquences mortelles. Les principales maladies hydriques sont le choléra, la dysenterie, la fièvre thyphoïde, la poliomyélite, les hépatites A et E. 
De plus, de nombreux ménages, centres de santé et écoles, ne disposent toujours pas d’eau ni de savon pour le lavage des mains constituant ainsi un facteur aggravant quant à la propagation d’épidémies. 
Le développement des infrastructures sanitaires et leur sécurité est un facteur important dans la lutte contre le paludisme. Elles permettent alors d’éviter les eaux stagnantes dans lesquelles les moustiques se multiplient. La transmission du paludisme peut être intensifiée en cas d’échecs dans la gestion de l’eau et des problèmes d’entretien des systèmes d’irrigation locaux. 

 

L'accès à l'eau potable :

des chiffres alarmants sur CNEWS

L’accès à l’eau, un droit fondamental

L’eau potable et l’assainissement sont reconnus par les Nations Unies comme un droit fondamental car ils sont essentiels à la vie, à la santé ainsi qu’à la dignité de tous les êtres humains. Ainsi les Etats se voient contraints d’apporter un accès universel à l’eau et à l’assainissement, sans discrimination, en accordant la priorité aux plus vulnérables. L’accès à l’eau potable est également un droit pour tous les enfants, définit par la Convention Internationale Des Droits de l’Enfant. Il est donc de notre responsabilité de le faire respecter !
Afin de réduire les inégalités et de maintenir cet engagement fixé pour un accès universel à l’eau et aux installations sanitaires, les Nations Unies en a fait un des 17 objectifs de développement durable prioritaires d’ici à 2030.
 

Vision du Monde place l’accès à l’eau potable au cœur de son action

La question de l’eau est centrale dans le travail de Vision du Monde à la fois en ce qui concerne l’aide au développement mais également dans le cadre de son aide humanitaire d’urgence. Le manque d’eau et d’infrastructures sanitaires peut conduire à des situations terribles et intensifier les crises. Très vite au sein des camps de réfugiés, Vision du Monde met en place des points d’eau par l’intermédiaire de camions citernes ainsi que des toilettes pour éviter la défécation à l’air libre et l’insalubrité des lieux. Ces problématiques hydriques sont également un point de départ de la majorité de ses 17 programmes de développement répartis dans 12 pays.

enfant_boit_eau_potable

Comment l’accès à l’eau potable change la vie des populations ?

Via le partenariat World Vision, Vision du Monde est le 1er fournisseur non-gouvernemental d’eau potable dans le monde. Grâce à son action, toutes les 10 secondes une nouvelle personne a accès à l’eau potable et chaque jour 3 nouvelles écoles sont équipées de points d’eau. En 2018 le partenariat World Vision a permis à :

  • 4 millions de personnes d’avoir accès à l’eau potable 
  • 2,8 personnes d’accéder à des installations sanitaires
  • 5 millions de personnes d’être formées aux bonnes pratiques d’hygiène

L’impact de l’utilisation d’une eau potable et d’installations sanitaires salubres, ainsi que de meilleures pratiques d’hygiène, va bien au-delà du côté pratique. L’accès à l’eau présente un impact considérable sur la santé, l’éducation et le développement socio-économique :

  • Un meilleur assainissement contribuera à prévenir chaque année le nombre de décès dus à la diarrhée de près de 2 millions d’enfants. 
  • L’assainissement contribue aussi à diminuer la malnutrition chez les enfants, améliore la qualité de vie et la dignité des filles et des femmes, protège l’environnement et génère des avantages économiques tant au niveau des communautés qu’au niveau national. 
  • Au niveau scolaire, l’équipement des écoles en assainissement de base, notamment avec la construction de toilettes séparées pour les garçons et les filles permet de faire reculer le taux de décrochage scolaire et en particulier celui des filles. 
  • Les enfants apprennent les bonnes pratiques d'hygiène à l'école et les appliquent ensuite chez eux ce qui permet de créer un cercle vertueux de diffusion des connaissances au sein des familles et de la communauté en générale.

Un accès à l’eau sûr et durable


Vision du Monde souhaite donner accès à l’eau potable durablement aux communautés. Pour cela l’association de solidarité internationale intervient dans toutes les étapes nécessaires à l’accès à l’eau potable et à sa bonne utilisation :

  • Construction de puits et équipement de filtres à eau.
  • Organisation d’un système de gestion des déchets et délimitation d’espaces dédiés à l’élevage pour éviter la contamination de l’eau.
  • Aménagement d’installations sanitaires dans les villages et les écoles.
  • Sensibilisation et formation des communautés, notamment des mères et des enfants, sur les questions d’hygiène et de santé.

Vision du Monde est présent depuis 2004 au Sénégal à travers son programme de parrainage à Mabo situé dans la région de Kaffrine. Le mise en place du parrainage a permis d’améliorer considérablement les conditions de vie. La couverture en eau est passée de 20% en 2004 à 98% en 2017. Ce sont aujourd’hui près de 1 000 personnes qui ont accès à l’eau potable. Cela a permis d’éliminer les maladies hydriques qui frappaient les enfants et aussi d’alléger la souffrance des femmes qui se voyaient contraintes de parcourir des kilomètres chaque jour pour aller chercher de l’eau.


Dans de nombreuses régions du monde ainsi qu’au sein des programmes de développement menés par Vision du Monde, l’accès à l’eau potable est un enjeu crucial. L’association se mobilise cette année à travers une grande campagne de sensibilisation sur les freins à l’éducation qu’engendre le manque d’eau potable et vous invite à participer à sa course solidaire la Global 6K For Water, les 6km pour l’eau, pour apporter durablement l’eau potable aux enfants les plus vulnérables.