Lutter contre la stigmatisation des personnes atteintes d'Ebola et du Sida

Comment Vision du Monde travaille avec les communautés contre la stigmatisation des personnes touchées par Ebola et le Sida ?

Alors que la crise Ebola en République Démocratique du Congo déclarée le 1er août 2018 semble toucher à sa fin, elle a été la deuxième plus grave de l’histoire après celle qui a frappé l’Afrique de l’Ouest de 2013 à 2016. Depuis 2018, sur 3 444 cas enregistrés, 2 264 hommes, femmes et enfants sont décédés. Plus de 320 000 personnes ont été vaccinées. Aucun nouveau cas n’a été déclaré depuis le 3 mars, date de la sortie de la dernière patiente hospitalisée. Le personnel médical continue la surveillance et reste vigilant mais la fin de l’épidémie semble être proche. Lors de ces deux importantes crises Ebola, Vision du Monde s’est engagée sur le terrain dans la lutte contre la propagation du virus grâce à son approche Les Canaux de l’Espoir. En travaillant main dans la main avec les leaders religieux et en s’appuyant sur son ancrage local, l’ONG accompagne les changements de comportement et lutte contre la stigmatisation des personnes contaminées. 

Les Canaux de l’Espoir pour mettre fin aux épidémies

Les Canaux de l’Espoir est une méthodologie développée par Vision du Monde, via le partenariat World Vision, qui vise à faire évoluer certaines pratiques traditionnelles en mobilisant les représentants de toutes les religions pour créer des espaces de dialogue et de débat. Les Canaux de l’Espoir ont pour objectif d’éliminer les idées reçues face aux crises sanitaires ou aux pratiques traditionnelles qui s’avèrent néfastes et qui accroissent la vulnérabilité des populations. 
Dans les pays dans lesquels Vision du Monde intervient, les représentants religieux sont largement écoutés par les familles, particulièrement dans les contextes fragiles où leur voix importe plus que celles des ONG ou du gouvernement. Grâce à leur influence, ils peuvent insuffler des changements d’opinion, encourager le dialogue et mobiliser leur communauté. Ils sont souvent indispensables pour accompagner les changements de comportement. Cette approche est particulièrement utilisée pour protéger les populations du virus du SIDA ainsi que d’Ebola. 
 

Prévention du virus Ebola

Vision du Monde agit contre la stigmatisation des personnes atteintes du sida

L’approche des Canaux de l’Espoir a été créée par Vision du Monde, via le partenariat World Vision, à l’origine pour limiter la propagation du VIH. En étroite collaboration avec les leaders religieux, l’ONG agit pour mettre fin aux stéréotypes liés à cette maladie. Ces prescripteurs participent à une évolution des mentalités et sensibilisent les populations, notamment sur la transmission verticale du virus du sida a savoir des parents vers les enfants.


Le message porté par les chefs religieux auprès des populations permet d’améliorer les connaissances concernant le VIH, son mode de transmission, les symptômes et les conséquences. Les acteurs locaux disposent désormais des ressources pour trouver eux-mêmes des réponses adaptées aux besoins des populations touchées ou à risque. Les leaders religieux transforment les pratiques vis-à-vis des personnes atteintes en recommandant aide et compassion, plutôt que rejet et discrimination. 


Au cœur des contextes fragiles et au plus près des populations vulnérables, Vision du Monde agit pour :

  • Eviter la transmission du VIH au nouveau-né et préserver la santé de la mère 
  • Mettre en place un suivi adapté des enfants infectés par le virus du sida
  • Faire de la prévention et sensibiliser les jeunes adultes ainsi que les plus vulnérables pour limiter la propagation du virus du sida
  • Accompagner les personnes infectées par le virus du sida via un traitement médicamenteux 
  • Lutter contre la stigmatisation et la discrimination à l’égard des personnes touchées par le sida

Grâce à la sensibilisation des communautés via les chefs religieux, les populations connaissent davantage les risques liés au virus du sida et les précautions qui doivent être prises pour se protéger et protéger les autres. Ainsi l’importance du dépistage est comprise et reconnue au sein des communautés et les femmes enceintes peuvent être prises en charge pour éviter la contamination de leur bébé lors de la grossesse et de l’accouchement. Au cours des 6 premiers mois, l’enfant d’une mère atteinte du virus du sida est suivi et médicamenté pour s’assurer que sa réponse au test du VIH soit négative. Grâce au travail de suivi et de sensibilisation la propagation directe du virus d’une génération à l’autre est ralentie. 

Vision du Monde se mobilise face à Ebola

En 2014, en Sierra Leone le virus Ebola a eu un effet dévastateur sur le pays : 13 600 personnes ont été atteintes et 4 000 enfants, femmes et hommes sont décédés. Pour éradiquer la maladie, les équipes locales de Vision du Monde ont travaillé avec plus de 1000 représentants chrétiens et musulmans. Grâce à ces chefs religieux, l’association a identifié les causes majeures de la propagation de la maladie : les rituels funéraires traditionnels et les croyances culturelles. Beaucoup de personnes pensaient que le virus Ebola était lié à une malédiction ou à un sortilège divin. Pendant des semaines, les alertes des médecins n’ont pas été écoutées et la maladie a continué à se propager.

Grâce à son ancrage locale et la relation de confiance établie avec les différents acteurs, Vision du Monde a pu rapidement mobiliser les leaders religieux pour lutter contre le virus. Grâce aux Canaux de l’Espoir, les représentants religieux chrétiens et musulmans ont parlé d’une même voix en affirmant que le virus était une maladie réelle contre laquelle il fallait lutter. À travers des ateliers et des formations auprès de leurs propres communautés, ils ont chacun contribué à faire évoluer les rites funéraires, dans le respect de leur religion, en évitant le contact avec les corps des défunts. L’impact de leur intervention a été déterminant dans l’éradication du virus au sein des zones soutenues par le partenariat international World Vision.

Alors le 1er août 2018, lorsque la crise Ebola a été déclarée en RDC, Vision du Monde a pu déployer son aide d’urgence pour enrayer l’épidémie. Forte de son expérience, l’ONG a pu s’adapter au contexte difficile de la RDC pour travailler avec les leaders religieux et dépasser les freins liés aux conflits et à la méfiance envers les institutions sanitaires. Les équipes locales du partenariat World Vision sont venues en aide à plus de 673 000 personnes en formant du personnel médical pour faire face à la crise sanitaire, en distribuant des kits d’hygiène et en sensibilisant les communautés via son approche Les Canaux de l’Espoir. L’ONG participe à l’éradication du virus Ebola en RDC : 

  • En formant les chefs de village et les chefs religieux aux bonnes pratiques d’hygiène pour qu’ils sensibilisent à leur tour leurs communautés et qu’ils participent à l’enrayement de la maladie 
  • En distribuant des kits d’hygiène pour limiter la propagation du virus 
  • En fournissant un soutien psychosocial aux personnes contaminées par le virus ainsi qu’à leur famille 
  • En favorisant l’accès à l’eau et aux infrastructures sanitaires au sein des villages, des écoles, et des centres de santé
  • En agissant sur les facteurs de vulnérabilité préexistant à la crise Ebola et qui contribuent à la diffusion du virus 

Vision du Monde met un point d’honneur à mettre fin aux stigmatisations des personnes touchées par le virus du sida ou le virus Ebola en délivrant des informations concrètes sur les risques, les symptômes, et la transmission. Le meilleur moyen de combattre une épidémie est de mettre fin aux fausses rumeurs qui les accompagnent et changer durablement les comportements. Le travail de terrain de Vision du Monde basé sur une relation de confiance avec tous les acteurs est essentiel pour atteindre un but commun : la bonne santé des enfants et de leurs familles.