Lutter contre la malnutrition grâce à l'allaitement

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable, tel est le second Objectif du Développement Durable pour 2030 établis par l’ONU. Pourtant, 140 millions d'enfants souffrent encore de malnutrition dans le monde. Pour faire face à cette situation, Vision du Monde entend promouvoir l’allaitement maternel : une solution peu onéreuse et bénéfique pour la santé des enfants comme des mamans. 

Quelles sont les conséquences de la malnutrition ?

La malnutrition se définit par un mauvais état nutritionnel dû à une alimentation mal équilibrée, en qualité ou en quantité, ou mal adaptée à un individu. Les personnes souffrant de malnutrition sont alors victimes d’un déséquilibre de l’apport énergétique ; soit par le manque, soit par l’excès. Si les nutriments viennent à manquer dans la durée, la malnutrition chronique peut entraîner des retards de développement chez l’enfant. 

Dans le monde, plus de 160 millions d’enfants de moins de cinq ans ont une taille inadaptée à leur âge à cause d’une alimentation insuffisante. La malnutrition aiguë, elle, survient quand un enfant n’arrive pas à reprendre de poids ou perd du poids de manière soudaine. Le phénomène de malnutrition représente 45 % des décès d’enfants de moins de 5 ans, soit plus de 3 millions d’enfants chaque année.

Les jeunes enfants sont les plus vulnérables face au manque de nourriture et les premiers instants sont cruciaux pour la survie de l’enfant. Selon le rapport sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies publié en 2015, près de la moitié des décès d’enfants de moins de 5 ans survient dès la première semaine de vie. Il est donc important d’agir auprès des nouveau-nés pour éviter au maximum les cas de malnutrition et les maladies qui y sont liées comme la diarrhée ou les infections. 

En effet, le manque d’eau potable entraîne les femmes à utiliser de l’eau impropre pour mélanger au lait ou laver les aliments. Ces pratiques aggravent les conséquences d’une alimentation déjà carencée. 

Allaitement : une solution efficace contre la malnutrition ?

L’allaitement exclusif et optimal est l’une des solutions proposées par l’OMS et l’UNICEF pour lutter contre la malnutrition des enfants dans le monde. Cette solution incite les jeunes mères à nourrir leur bébé uniquement au sein, et ce dès le premier jour, pour éviter les maladies hydriques liées au manque d’eau potable, mais aussi pour apporter tous les nutriments nécessaires au nourrisson.

Selon une étude relayée par UNICEF, l’allaitement maternel dès la naissance qualifié d’optimal, permet d’empêcher la mort de 1,4 million d'enfants de moins de cinq ans dans les pays en développement et de réduire les infections respiratoires et les diarrhées chez le nourrisson grâce aux anticorps transmis par le lait maternel.

Les mères peuvent nourrir leurs enfants exclusivement au sein sans avoir à apporter de compléments alimentaires puisque la composition du lait maternelle apporte tout ce dont a besoin le bébé durant les six premiers mois de sa vie. L’allaitement bénéficie également à la mère en réduisant les risques d’hémorragies post-partum et de dépression. 

Pourtant, seuls 38 % des enfants de moins de six mois sont des bébés allaités qui profitent de l’allaitement exclusif dans les pays en développement. La majorité des femmes utilisent une alimentation de substitution ou complémentaire pour nourrir leur bébé par manque d’informations et d’aide. 

Bébé allaité

Pour une meilleure santé de l’enfant et lutter contre la malnutrition, l'Organisation mondiale de la Santé et de l'UNICEF recommandent :

  • Un allaitement dès les premiers instants du nourrisson, 
  • Un allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois,
  • Un allaitement prolongé pendant deux ans tout en alternant avec une alimentation complémentaire adaptée après les six premiers mois.

Dans les contextes les plus fragiles, ces méthodes montrent les bienfaits de l'allaitement et pourraient empêcher 12 % des décès d’enfants de moins de cinq ans.

Encourager et accompagner les mères vers l’allaitement

Le manque de soutien, d’informations, et de personnels qualifiés sont les principales causes du faible taux de femmes allaitant exclusivement leur enfant au sein. Il est nécessaire d’informer les mères et de les accompagner tout au long du processus : encourager le contact peau à peau dès les premières heures après l’accouchement, aider à bien positionner le nouveau-né, et les sensibiliser sur les risques de maladies chez les nouveau-nés. 

Vision du Monde accompagne les communautés de ses 17 programmes de développement dans la lutte contre la malnutrition. Via des groupes de travail communautaires, l’ONG forme les familles ayant des enfants souffrant de malnutrition aux bonnes pratiques alimentaires. Les équipes locales sensibilisent notamment les mères à l’allaitement et permettent à la communauté de trouver des solutions locales et peu onéreuses pour lutter efficacement et durablement contre la malnutrition. 

En 2019, dans notre programme de Dagon Seikkan en Birmanie, plus de 500 femmes ont participé à des ateliers de sensibilisation à l’allaitement, la nutrition et aux conséquences de la malnutrition. Le taux de retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans est passé de 42% en 2014 à 25,7% en 2019. 

Au Vietnam, dans les 46 clubs de nutrition du programme de Yen Binh, plus de 1 000 mères et soignantes ont suivi des séances mensuelles de formation pour lutter contre la malnutrition. Elles connaissent désormais les bonnes pratiques de nutrition des jeunes mères, des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans (l'allaitement, les besoins en vitamine A). Près de 40 enfants en état de malnutrition ont été suivi grâce à un accompagnement adapté. 10 d’entre eux ont pris près d'1 kg par trimestre.

Vision du Monde intervient également auprès des enfants de moins de 5 ans en état de malnutrition aiguë en apportant un traitement médical adapté. 

Pesée des bébés au Vietnam

La récente crise sanitaire et économique liée à la Covid-19 risque d’augmenter de 40 % les cas de malnutrition. De nombreux efforts doivent encore être fait pour éradiquer ce problème.

Parrainer un enfant est une solution à long-terme pour lutter contre la malnutrition des enfants.