travail-des-enfants-vision-du-monde

Le travail des enfants, un fléau à éradiquer !

Victimes des pires formes d'exploitation et de violences, ils sont plus de 1 500 à travailler dans les centaines de sites d’exploitation d’or de la région, appelés les «Diouras».
20. juillet 2018

Au sud-est du Sénégal, dans la région de Kédougou, la pauvreté, le manque de services sociaux et le chômage forcent les enfants à aller travailler à la mine plutôt qu’à l’école.

Ces enfants travaillant dans l’extraction d'or, sont employés pour aller dans les trous pour creuser et sont victimes d’éboulements ou de glissements de terrain. Alors qu’ils sont encore en pleine croissance, ils subissent les nuisances sonores et les vibrations, le manque d’oxygène et de lumière. Ils doivent également faire face à une fatigue extrême, à des violences physiques répétées et sont même parfois victimes d’abus sexuels. Détruits, physiquement et psychologiquement, ils se marginalisent.

kekouta-au-travail-vision-du-monde

Kékouta : « J’ai 14 ans. Quand le Dioura de notre village a ouvert, beaucoup d’enfants ont abandonné l’école et ont commencé à partir chercher de l’or. Je voulais le faire moi aussi car mes camarades gagnaient de l’argent. Je descendais dans le trou pour creuser et pour charger le seau de pierre. C’était très petit et sombre à l’intérieur et il n’y avait pas beaucoup d’air. En plus, c’était difficile avec la chaleur. Quand l’ONG La Lumière, partenaire de Vision du Monde, est venue dans notre village, ils ont discuté avec notre communauté pour que les enfants ne travaillent plus dans les mines.»

mady-au-travail-vision-du-monde

Mady : « J’ai 12 ans. Dans notre village, les plus petits marchent plusieurs kilomètres pour aller chercher de l’eau et la vendre. Je mets le bidon de 20 litres sur ma tête et je marche. Arrivé sur place, il faut circuler d’un puits à l’autre pour vendre de l’eau aux travailleurs. Je gagne 1000 frs CFA par bidon (moins de 2€) et j’arrive à faire 3 à 4 bidons dans la journée. C’est difficile de marcher avec quelque chose d’aussi lourd sur la tête. »
 

Nous sommes présents au Sénégal depuis 1983 et luttons contre le travail des enfants grâce à 5 leviers majeurs dans les zones d’orpaillage :

  • Organiser des forums avec les enfants des villages, les chefs d’exploitations et les membres des comités de protection locaux pour permettre aux enfants d’identifier qui, au sein de leur communauté, peut jouer un rôle dans leur protection
     
  • Sensibiliser les leaders religieux sur les droits et la protection des enfants
     
  • Mettre en place des mécanismes locaux de prévention et de promotion des droits de l’enfant comme les Comité d’Alerte, de Veille et d’Écoute
     
  • Mettre en place un observatoire de lutte contre les abus sexuels, les maltraitances et l’exploitation et sensibiliser sur l’importance de l’écoute des victimes pour qu’elles puissent se reconstruire
     
  • Renforcer les compétences et les connaissances des enfants à travers la mise en place de clubs et de cellules de protection des enfants pour faire des enfants les premiers acteurs de leur protection

Grâce à votre don pour #EnfanceSansViolence nos équipes luttent quotidiennement contre l'exploitation des enfants !