Le travail de Vision du Monde pour la protection des enfants au Sénégal

Dans un pays comme le Sénégal, où coutumes et modernités se côtoient au quotidien, le respect des droits des enfants et la protection de l’enfance se heurtent souvent aux pratiques traditionnelles du pays.
Depuis plus de 15 ans, Vision du Monde vient en aide aux enfants sénégalais via trois programmes de parrainage au Sénégal : Mabo, Diokoul et Nettéboulou. L’association y mène notamment des actions de prévention et de sensibilisation à la protection et aux droits des enfants auprès de la population. Un travail porté par les équipes de l’ONG en partenariat avec les acteurs locaux et nationaux du Sénégal.

Quels sont les violences dont sont victimes les enfants sénégalais ?

Les violences touchent encore malheureusement de nombreux enfants dans le monde. Selon les derniers chiffres de l’ONU, près d’un milliard d’enfants subissent des violences physiques, sexuelles, émotionnelles ou des négligences chaque année. Victimes d’exploitation, d’agressions physiques ou verbales ou encore de discriminations, les enfants les plus vulnérables peinent à se construire un avenir dans de telles conditions. 

Ces situations dangereuses, souvent présentes dans les contextes les plus fragiles, entraînent les enfants dans le cercle vicieux de la pauvreté. Le travail des enfants les empêche d’aller à l’école et de s’instruire, les mariages précoces conduisent les jeunes filles à abandonner leur scolarité et les mutilations génitales féminines nuisent gravement à la santé des jeunes femmes.

Mariages précoces, mutilations génitales féminines, châtiments corporels, exploitation sexuelle, travail des enfants, au Sénégal, les violences que subissent les enfants prennent de nombreux visages. Bien qu’interdits par la loi, les mariages précoces restent une réalité pour de nombreuses jeunes filles. On estime que 33 % des enfants seraient mariés avant 18 ans dans le pays. 26 % des jeunes filles sénégalaises sont quant à elles victimes d’excision. 

Même si toutes ces pratiques sont interdites par l’État sénégalais, il est souvent difficile de recenser les situations de violence et de changer les comportements profondément ancrés. 

Pour qu’un enfant puisse avoir des droits et être protégé aux yeux d’un état, il doit être enregistré dès sa naissance. Or, plus de 650 000 enfants de moins de cinq ans ne seraient pas déclarés au Sénégal. Alors que le pays impose un enregistrement dans le mois qui suit la naissance, en pratique, beaucoup de familles ne s’accommodent pas de ces formalités, par manque d'habitude. 

L’absence d’identification des enfants a pourtant un impact direct sur l’accès à l’éducation, la santé et les droits des enfants. Sans certificat de naissance, les enfants sont d’autant plus exposés aux risques d’exploitation, de travail des enfants, et de mariage précoce. 

En l’absence d’acte de naissance, il devient impossible de prouver l’âge des jeunes filles qui se marient ou de recenser les enfants non scolarisés. Les enfants se retrouvent également bloqués dans leur scolarité lorsqu’ils doivent s’inscrire aux examens et fournir leur certificat de naissance. 

Les actions de notre association humanitaire pour la protection des enfants au Sénégal

La protection des enfants contre les violences, quelle qu’en soit la nature, est au cœur des actions de Vision du Monde. Depuis plus de 15 ans, l’ONG agit au sein de communautés sénégalaises pour sensibiliser et accompagner les enfants et leurs familles au respect de leurs droits. Mais protéger les enfants, ne signifie pas imposer des normes aux populations, sinon réfléchir avec elles sur les meilleurs moyens de garantir un environnement sûr et juste pour les filles et les garçons. 

Grâce à son approche Les Canaux de l’Espoir et Célébrer les familles, l’ONG a pu former 317 chefs religieux et 229 parents aux questions relatives à la protection des enfants et au respect de leurs droits. Les enfants les plus vulnérables de la communauté bénéficient également d’un soutien et de temps d’échanges où ils peuvent dénoncer certaines situations. Ces approches ont notamment pu permettre :

  • La prise en charge de 64 enfants victimes de violences avec un accompagnement médical, juridique et psychosocial. 
  • La diffusion régulière d’émissions radios impliquant les communautés, et les acteurs locaux de la protection de l’enfance. 
  • La mise en place du Parlement des enfants, un espace d’échange qui a permis l’identification de 70 cas de violences faites aux enfants (mariages, abus sexuels, violences corporelles). 
  • Le renforcement des capacités d’une soixantaine de professionnels du secteur de la protection de l’enfant sur l’accueil, l’écoute et l’accompagnement des enfants victimes d’abus sexuel et de maltraitance.
Les enfants agissent pour faire respecter leurs droits

"Avec le trentième anniversaire de la Convention Internationale des Droits de d'Enfant, nous avons pu montrer, une fois encore, que les enfants et les adolescents peuvent agir pour leur propre protection en sensibilisant et éduquant leurs camarades et amis."

Rocky, 17 ans, Président du Parlement des enfants

Vision du Monde, via ses actions de plaidoyer, appelle également le gouvernement sénégalais à renforcer les mesures d’enregistrement des naissances en impliquant les chefs religieux aux actions de sensibilisation, en encourageant la présence d’officiers d'état civil dans les établissements de santé et en rendant l'enregistrement des naissances gratuit.

Comment Vision du Monde travaille avec l’État sénégalais ?

La protection de l’enfance est un travail de coopération entre les associations, les acteurs locaux et autres organismes communautaires de la protection des enfants du Sénégal. C’est pourquoi Vision du Monde travaille en partenariat avec plusieurs comités de protection de l’enfant présents à l’échelle des villages, d’un ensemble de communes, ou des départements. 

L’ensemble de ces comités ont été instaurés en 2013 par l’État sénégalais dans le cadre de la Stratégie Nationale de Protection de l’Enfant. Au niveau local, le rôle de ces comités est d’identifier et de faire remonter les cas de violation des droits des enfants. 

Vision du Monde vient alors renforcer les capacités de ces comités afin de gérer au mieux les situations de violences et la prise en charge des enfants victimes. L’ONG travaille également avec ces comités dans l’organisation de séances de sensibilisation et de formation sur la protection de l’enfance.

Tout en soutenant plus de 500 comités locaux de protection de l’enfance, le partenariat international World Vision sensibilise à la protection de l’enfance et encourage à libérer la parole de l’enfant pour identifier les cas de violences et informer les services de prise en charge. Un travail qui se veut coopératif entre les enfants, les familles, les villages et les pouvoirs publics pour agir rapidement et favoriser le bien-être des enfants.

Aidez-nous à continuer ce travail, aidez-nous à protéger les enfants sénégalais !