L’élan de générosité des Français ne doit pas s’arrêter

Selon le baromètre de la Générosité publié dans Le Parisien en Octobre 2020, les Français ont répondu présent aux appels aux dons du début de l’année. Alors que l'année 2019 avait connu une hausse de 3,5 % des dons par rapport à l’année précédente, le premier semestre 2020, lui, a vu ses dons augmenter de 22 %. Un apport financier indispensable pour de nombreuses organisations à but non lucratif, à l’image de Vision du Monde qui dépend de ces dons pour mettre en œuvre ses programmes de développement.

État des lieux de la générosité en France

Alors que la crise économique dû au confinement aurait pu freiner l’élan de générosité des Français, il n’en est rien. Selon le syndicat France Générosités, qui a mené une étude auprès d'un ensemble de 44 associations et fondations membres, les dons ont augmenté de 22% par rapport au premier semestre 2019. Un élan de générosité inattendu et bienvenu dont ont particulièrement bénéficié les organisations pour la recherche médicale et pour la lutte contre la pauvreté. 

En effet, bien au-delà de la question sanitaire, la pandémie a mis à mal l’activité économique et exacerbé la précarité. Personne n’a pu être épargné par les conséquences directes ou indirectes de cette crise multidimensionnelle : contamination, perte d’emploi, isolement, absence d’éducation, augmentation des violences à domicile…. Face à la hausse des besoins et à l’intensification de leurs actions, plusieurs associations ont lancé un appel à la générosité des Français dès le début d’année. 

Sensibles aux appels de ces organisations, les Français ont répondu présent avec notamment une augmentation de 40 % des dons ponctuels, et de 5 % pour les dons réguliers. Les donateurs ont notamment profité du confinement et des collectes digitales pour intensifier les dons en ligne puisque ces derniers ont connu une augmentation de 230 % par rapport à l’année dernière. 

France Générosité insiste sur le fait que "ce ne sont pas que les riches qui ont contribué à cet élan formidable". Près de la moitié des dons effectués sont des montants de moins de 150 euros. Une fourchette de dons qui connaît une hausse de 30 % par rapport au premier semestre 2019. 

"C'est historique et… réconfortant en ces temps douloureux ! Jamais, au cours des six premiers mois de l'année, les Français n'avaient autant eu la main sur le cœur. » révèle France Générosité au Parisien avant d’ajouter : « Reste désormais à savoir si cette flamme de bonté va rester allumée alors que le pays fait face à une récession. Les semaines à venir sont décisives, la générosité des Français étant très saisonnière [...]"

Faire un don en fin d’année pour soutenir les associations

En 2019, plus de 40% des dons ont été réalisés sur les trois derniers mois de l’année, notamment sur le mois de décembre qui a totalisé 22 % des dons annuels. Une tendance qui risque de s’affaiblir en 2020. Selon le baromètre de France Générosité, seuls 26% des Français affirment vouloir faire un don en cette fin d’année.

Le reconfinement et l’incertitude des prochains moins font craindre une instabilité financière à de nombreux Français qui préfèrent mettre de côté au cas où la situation ne s’améliorerait pas. De nombreuses associations craignent ainsi de voir baisser de manière significative les dons nécessaires pour mettre en place leurs actions de solidarité. 

Pourtant, les dons des particuliers sont essentiels pour que les actions puissent être mises en place et représentent la première source de financement des associations. Sur 7,5 milliards d’euros de dons en 2019, 4,5 milliards d’euros provenaient des particuliers. 

Mais alors que les Français ont massivement soutenu la recherche médicale et la lutte contre la pauvreté, certains secteurs semblent être délaissés par cet élan de solidarité. Il serait alors dommageable de voir les dons en faveur d’autres causes baissés en raison de la crise sanitaire. Les associations jouent un rôle central pour l’intérêt général et ont toujours besoin de la générosité des Français.

L’importance de faire un don à une association humanitaire ?

Dons ponctuels ou réguliers, la générosité des Français aide Vision du Monde à s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté. En 2019, plus de 80 % des ressources de l’association provenaient de la générosité de ses donateurs et permettaient ainsi de financer la totalité des missions sociales mises en place par Vision du Monde. 

Le Partenariat International World Vision est aujourd’hui déployé dans près de 100 pays et est venu en aide à 200 millions d’enfants vulnérables. En soutenant l’association, chaque donateur participe aux actions d’aide au développement ou d’urgence mises en place auprès des populations vulnérables au sein des contextes fragiles.

Via le système de parrainage d'enfants, les parrains et marraines de l’ONG peuvent alors aider les enfants, leur famille et tout leur village dans des domaines aussi essentiels que la santé, l’éducation, l’accès à l’eau potable et l’alimentation, tout en soutenant leur développement économique et la défense des droits de l’enfant. 

Vision du Monde est reconnu comme organisme d’intérêt général. Ainsi, tous les donateurs imposables peuvent bénéficier de la réduction d’impôt quand ils parrainent un enfant ou font un don ponctuel. Les donateurs peuvent ainsi avoir une défiscalisation sur leur don et  déduire 66 % de la somme du don de leur impôt sur le revenu. Concrètement, pour un don de 30€ par mois, la somme réelle payée par le donateur après réduction d’impôt est de 10,20€. 

Pour permettre à chaque donateur de suivre et de s’assurer de la bonne utilisation des dons, Vision du Monde rend accessible l’ensemble de ses rapports financiers publiés sur son site internet et offre une transparence financière totale à ses donateurs. 

Les sommes engagées pour la solidarité internationale ont un véritable impact dans la vie des communautés et des enfants soutenus par Vision du Monde. Sans ces dons, il serait impossible de mener à bien toutes les actions concrètes qui permettent d’améliorer durablement le quotidien des enfants.