Entre crise environnementale et crise des droits de l’enfant

Les enfants sont les premières victimes d’un environnement dégradé et des effets du changement climatique à court ou long terme. De plus en plus exposés aux substances toxiques, les enfants voient leurs droits bafoués par la crise environnementale dans laquelle le monde est plongé. Le dérèglement climatique a des effets négatifs directs sur le droit à la vie, à la survie et au développement de l’enfant qui voit sa santé profondément altérée.

Chaque année, 1,7 million d’enfants âgés de moins de 5 ans meurent prématurément des conséquences de la modification de leur environnement : pollution de l’air, eau insalubre, mauvais assainissement… Cela représente un quart des décès chez les enfant en bas âge.

La pollution, quels effets sur la santé des enfants ?

La pollution de l’air, de l’eau et plus largement de l’environnement dans lequel grandit un enfant, nuit gravement à sa santé et à son développement. Selon l’OMS, les principales causes de mortalité infantile dans le monde sont la pneumonie, la prématurité, les complications durant l'accouchement, la septicémie néonatale, les anomalies congénitales, la diarrhée, les traumatismes accidentels et le paludisme. La plupart de ces maladies et de ces problèmes sont en partie causés par l'environnement. 

Les enfants sont particulièrement vulnérables face aux menaces environnementales car leurs organes et leur système immunitaire sont en cours de développement et leur organisme ainsi que leurs voies respiratoires sont plus petits. L'exposition à des facteurs nocifs peut débuter dès la grossesse.

·       Dans les pays en développement, 12 millions d’enfants présentent des lésions cérébrales irrémédiables en raison du saturnisme c’est-à-dire d’une intoxication par le plomb. 

·       85 millions d'enfants dans le monde travaillent dans des conditions dangereuses et sont régulièrement exposés à des substances toxiques provoquant maladies et liaisons cérébrales. 

La pollution de l’air extérieur et intérieur, c’est-à-dire au sein des foyers, fait peser un lourd tribut sur la santé des enfants notamment dans les pays à revenu faible et intermédiaire en raison des combustibles utilisés pour la cuisine, le chauffage et l’éclairage. 

Selon l’OMS, quand les femmes enceintes sont exposées à un air pollué, elles risquent davantage d’accoucher prématurément, et de donner naissance à des nouveau-nés de faible poids. 

Les catastrophes naturelles exacerbent la pauvreté.

Dans les contextes fragiles et ruraux des pays en développement, les populations font déjà face aux terribles conséquences du changement climatique. Les phénomènes météorologiques intenses sont de plus en plus fréquents : sécheresses, ouragans, typhons, cyclone, inondations, séismes, glissements de terrain, tempêtes… et leurs conséquences contribuent de manière accrue aux crises, aux déplacements et aux conflits. Ces catastrophes naturelles ont touché plus de 39 millions de personnes en 2018.

Dans beaucoup de cas, les enfants sont les premiers et les plus affectés par les catastrophes naturelles liées au climat et par l’impact du changement climatique sur la production alimentaire, les maladies et l’accès à l’eau. Plus de 99 % des décès déjà attribuables aux changements climatiques ont lieu dans les pays en voie de développement, les enfants représentant plus de 80 % de ces décès.

  • Plus d’un demi-milliard d’enfants vivent dans des zones qui ont un risque d’inondations extrêmement élevé ;
  • 115 millions sont menacés à un niveau élevé ou extrêmement élevé par les cyclones tropicaux ;
  • Et près de 160 millions sont exposés à des degrés élevés ou extrêmement élevés de sévérité de sécheresse.

Face aux changements climatiques, les ressources risquent d’être de plus en plus rares plongeant ainsi les populations dans une profonde détresse. Si nous n’agissons pas maintenant la pénurie d’eau pourrait déplacer 700 millions de personnes d’ici à 2030.

2 milliards d’hectares de terres sont dégradés, affectant quelques 3,2 milliards de personnes, entraînant l’extinction des espèces et intensifiant les changements climatiques. La saturation des sols met déjà en danger les populations rurales de pays en développement qui vivent de leur production agricole. Les rendements des récoltes sont directement impactés par les changements climatiques et les familles se trouvent de plus en plus plongées dans une importante insécurité alimentaire. 

Le changement climatique pose probablement le plus grand défi pour la réalisation des droits de l’enfant et menace d’anéantir la plupart des progrès accomplis au cours des dernières décennies afin d’améliorer la vie des enfants.

Pour un environnement sûr et durable

Vision du Monde est convaincu qu’un environnement protégé permet à chaque enfant partout dans le monde de grandir dignement et de s’épanouir librement. C’est pour cette raison qu’au sein de ses 17 programmes de développement répartis dans 12 pays, Vision du Monde agit pour améliorer durablement les conditions de vies des enfants avec résilience. L’environnement dans lequel vivent les enfants et leurs familles doit être pris en compte, préservé et amélioré. 

Son approche est basée sur le transfert de compétences et la sensibilisation pour que chaque projet prenne en compte les contraintes environnementales et puisse être durable. Dans ses projets d’accès à l’eau potable, lorsque le contexte le permet, les puits sont alimentés en eau grâce à l’énergie solaire. De plus des comités de gestion de l’eau sont formés pour une bonne répartition des ressources. 

Vision du Monde travaille en lien avec les producteurs locaux pour changer leur rapport à la nature. Là où les sols sont saturés et ne produisent plus de végétation, l’association met en place son approche de Régénération Naturelle Assistée. En élaguant les arbustes, et en laissant la nature reprendre ses droits, il est possible de recréer un écosystème favorable au retour des arbres fruitiers et de la faune. 

Ces techniques agricoles raisonnées, peu coûteuses, et respectueuses de l’environnement permettent aux populations de sortir de l’insécurité alimentaire et de vendre les produits de la production.

Vision du Monde met un point d’honneur à accompagner les populations face aux changements climatiques avec résilience. Prendre en compte et améliorer l’environnement des enfants c’est leur permettre de sortir durablement de la pauvreté. Ces jeunes générations ne peuvent être victimes des erreurs du passé et des modes de production des pays les plus développés.

Ensemble faisons entendre leurs voix, faisons respecter les droits de l’enfant face à l’urgence climatique. 

Vous pourriez aussi être intéressé par...