Comment lutter contre les inégalités entre filles et garçons dans le monde ?

Les inégalités entre hommes et femmes commencent dès le plus jeune âge et notamment lorsqu’il s’agit d’éducation. Beaucoup de jeunes filles abandonnent l’école très tôt ou sont dans l’impossibilité d’y accéder par manque de moyens. 

Aujourd’hui, deux tiers des personnes analphabètes sont des femmes. Mises à l’écart du système scolaire, les jeunes femmes subissent de nombreuses violences exacerbant un peu plus l’inégalité entre filles et garçons. Vision du Monde œuvre en faveur de l’égalité entre tous les enfants et le respect de leurs droits fondamentaux. 

Égalité filles-garçons où est-on dans le monde ?

De nos jours encore, aucun pays ne peut prétendre faire respecter l’égalité entre les filles et les garçons. Au quotidien, de nombreuses jeunes filles doivent faire face à des situations de discrimination et sont victimes de maltraitances, que cela soit dans le cercle privé ou à l’école.

Jeune fille de dos

Dans beaucoup de pays en développement, les filles sont considérées comme inférieures aux garçons. Les familles les plus modestes choisissent d’envoyer leurs garçons à l’école, pendant que leurs filles restent à la maison pour s’occuper des tâches ménagères. 

Dans le monde, l’accès à l’éducation des filles et des garçons est égalitaire dans moins de 40% des pays. Pourtant, sans éducation, il est très compliqué pour ces jeunes filles de sortir du cercle de la pauvreté et de se libérer des discriminations. La plupart d’entre elles se marient très tôt et subissent des grossesses précoces qui peuvent porter atteinte à leur santé. Les complications liées aux grossesses précoces sont l’une des causes majeures des décès chez les jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans. 

Les filles doivent également faire face aux différentes formes de violences genrées (mutilations génitales féminines, exploitation sexuelle, etc). Même si les violences génitales sont condamnées par une majorité de gouvernements, les traditions restent encrées dans beaucoup de communautés. Les mutilations génitales féminines, comme les excisions, sont alors tolérées par de nombreux pays dans lesquels les droits des enfants et les droits des filles sont bafoués.  

Ces inégalités entre filles et garçons, qui tendaient à baisser ces dernières années, risquent de s’aggraver avec la récente crise sanitaire et économique liée à la COVID-19 :

  • Plus de 130 millions de filles âgées entre 6 et 17 ans sont toujours déscolarisées.
  • 9 millions de filles en âge d’aller en école primaire n’entreront jamais dans une salle de classe,
  • Chaque année, 12 millions de filles sont mariées avant l’âge de 18 ans,
  • Au moins un million de filles risquent d’être privées d’école à causes de grossesses précoces survenues pendant la pandémie de coronavirus,
  • En temps de crise, les filles ont 2,5 fois plus de risques d’être déscolarisées que les garçons.

Ces chiffres alarmants prouvent qu’il reste encore beaucoup de travail pour réussir à faire respecter l’égalité des sexes et les droits des filles. 

Pourquoi s'engager pour les droits des filles ?

La Convention internationale des droits de l’enfant condamne strictement toute forme de discrimination envers les enfants, qu’il s’agisse d’une question « de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou autre de l’enfant. »

Les jeunes filles, au même titre que les garçons, doivent être protégées et bénéficier des droits qui leur sont alloués. Aller à l’école est un droit fondamental pour tous les enfants qui contribue au développement de chacun. 

Ne pas encourager l’éducation des filles est une erreur qui peut impacter jusqu’à l’économie d’un pays. En effet, en ne scolarisant pas les filles, les pays se privent de dizaines de milliers de milliards de dollars, selon la Banque mondiale. Des études ont également démontré qu’une année d’école en plus pouvait faire augmenter le revenu d’une personne de 10 % et ainsi développer l’économie de tout le pays. 

Soutenir l’égalité des filles et des garçons, et plus particulièrement via l’éducation, est l’une des voix les plus prometteuses pour sortir les populations vulnérables de la pauvreté. 

L’éducation permet à tous les enfants de se construire un avenir et d’être plus enclin à prendre des décisions bénéfiques pour le futur. On estime que les enfants d’une jeune femme éduquée ont 50 % de plus de chance de vivre après l’âge de 5 ans et deux fois plus de chance d’être envoyés à l’école.

S’engager pour le droit des filles et pour l’égalité des sexes de manière générale est ainsi bénéfique pour la santé et l’économie de tout un pays, mais aussi pour lutter contre la pauvreté dans les contextes les plus fragiles. 

Nos actions pour faire respecter l’égalité des filles et des garçons

Vision du Monde œuvre au quotidien pour favoriser l’égalité entre les filles et les garçons et faire respecter les droits fondamentaux de tous les enfants. L’ONG humanitaire forme notamment les communautés et les filles afin que celles-ci connaissent et agissent pour leurs droits.

Grâce aux programmes de parrainage, Vision du Monde a mis en place plusieurs « Clubs des Enfants » : des espaces d’échange dans lesquels les enfants se retrouvent, accompagnés d’animateurs, pour discuter des problèmes qui les concernent et trouver des solutions.

Ces clubs permettent aux enfants de s’exprimer, mais aussi d’en apprendre plus sur leurs droits et la manière de les faire respecter. L’association sensibilise les communautés sur les méfaits des mariages et grossesses précoces, des mutilations génitales féminines et de l’importance de l’éducation pour tous les enfants, y compris les jeunes filles.

Vision du Monde travaille également pour briser le tabou des règles auprès des filles et des garçons.  

Alors que 335 millions de filles fréquentent des écoles qui n’ont pas de services d’assainissement, l’absence de toilettes éloigne un peu plus les jeunes filles des bancs de l’école. Par honte, celles-ci préfèrent abandonner leurs études ou ne sont tout simplement pas acceptées en classe. Grâce à ses différents programmes de parrainage, l’ONG humanitaire développe et améliore des systèmes d’assainissement pour que chaque fille puisse avoir accès à des toilettes non mixtes.

Le parrainage d'enfants est aussi une manière d’accompagner les plus vulnérables en soutenant le développement économique des familles. Les parrains et marraines peuvent ainsi jouer un rôle dans la lutte contre le travail des enfants et plus particulièrement le travail domestique des filles pour réduire les inégalités entre les sexes et promouvoir l’égalité des chances.

Vous pourriez aussi être intéressé par...