Syrie : comment gérer la crise humanitaire ?

Depuis plusieurs mois, la situation en Syrie ne cesse de s’aggraver dans la région d’Idleb, au nord-ouest du pays. Entre bombardements et affrontements armés, la population est une nouvelle fois obligée de fuir, au dépend d’une Turquie incapable de gérer un tel afflux de migrants.

Quelle est la situation actuelle en Syrie ?

La guerre en Syrie ne semble pas s’essouffler. Depuis 2011, le conflit oppose le gouvernement syrien de Bachar El-Assad, soutenu par l’armée russe, aux rebelles syriens rejoints depuis par plusieurs mouvements djihadistes. Une situation complexe qui ne semble pas trouver d’échappatoire, puisqu’en 2019, la région d’Idleb est devenue le nouveau terrain de la guerre civile.

Après un cessez-le feu de quelques mois en 2019, les combats ont finalement repris dès le mois de décembre. Depuis le 1er janvier 2020, le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies a enregistré la mort de 298 civils à Idleb et Alep. Face à ces opérations militaires intensives, aux frappes aériennes et aux bombardements dans la région d'Idleb, le nombre de déplacés a considérablement augmenté. La population, qui s’était réfugiée à Idleb quelques années auparavant, est contrainte une nouvelle fois de fuir dans le nord-ouest de la Syrie. 

Au total, sur ces deux derniers mois de conflit, plus de 900 000 personnes ont été déplacées. Début février, en à peine une semaine, plus de la moitié des personnes ayant dû fuir leur domicile étaient des enfants. Cela porte à 1,2 million de personnes le nombre total de déplacés dans le nord-ouest du pays depuis avril 2019. Ce chiffre est le plus élevé depuis le début du conflit en Syrie.

Mais alors que les populations fuient l'avancée militaire vers la frontière turque, le gouvernement d’Erdogan, lui, estime ne plus pouvoir assurer ce flux migratoire. Avec déjà plus de 3,6 millions de réfugiés actuellement sur son territoire, la Turquie décide alors d’ouvrir ses frontières vers l’Europe mais aussi de riposter en Syrie dans l’espoir de faire fuir l’armée de Bachar El-Assad.

Cette escalade de conflit ne fait qu’envenimer une situation humanitaire déjà catastrophique pour l’ensemble de la population syrienne, affaiblie par des années de guerre civile. Les infrastructures sont détruites par les bombardements ruinant les établissements de santé, les écoles, les zones résidentielles, ou encore les lieux de cultes et les marchés. Au 11 février, plus de 70 centres de santé ont du suspendre leurs services. Mais les frappes aériennes touchent également les corridors humanitaires des réfugiés faisant de nombreuses victimes.
 

Comment agir pour aider les réfugiés syriens ?

La situation dans le nord-ouest de la Syrie est alarmante. Environ 82 000 personnes n’ont plus de toits pour dormir. Des familles et beaucoup d’enfants vivent ainsi sans logement sous des températures qui avoisinent parfois les -7°C.

Afin d’aider les personnes vulnérables à tenir la période hivernale et pour faire reculer le risque d’épidémies, les équipes locales de Vision du Monde apportent les soins nécessaires, des protections contre le froid et des produits de première nécessité. 

Via le partenariat international World Vision, Vision du Monde déploie son aide humanitaire d’urgence auprès de plus de 625 000 personnes dont près de 363 000 enfants à Azaz et Idleb :

  • 2 hôpitaux, 2 cliniques et 10 unités de santé mobiles sont soutenus par l’association qui gère également 11 centres de sécurité pour femmes et filles et centres pour enfants.
  • 9 stations d’eau dans 8 camps différents ont été mis en place bénéficiant ainsi à 55 000 déplacés.
  • 7 940 ménages ont été équipés de protections hivernales, 7 259 kits d’hygiène ont été distribués, et 20 490 tablettes de purification d’eau ont été distribuées à 3539 ménages.
Aide humanitaire en Syrie

Malgré tous ces moyens mis en place pour venir en aide à la population, la situation est loin d’être résolue, et de nombreuses personnes continuent d’affluer vers la frontière turque. 

Vision du Monde lance un appel aux dons pour venir en aide aux personnes déplacées victimes du conflit et de l’hiver qui sévit. L’OCHA estime les besoins à 336 millions de dollars.

Les dons permettront d’intensifier l’aide d’urgence pour  :

  • Distribuer des kits de survis (tentes, abris, couvertures, produits d’hygiène, etc).
  • Rendre accessible l’aide médicale en relocalisant les aides et en augmentant les services.
  • Protéger les enfants vulnérables et leurs familles via une aide adaptée à leurs besoins et réunir les familles séparées lors des déplacements.

Faites un don pour soutenir l’aide d’urgence en faveur des enfants et de leurs familles victimes du conflit en Syrie.