Beyrouth, dans leur regard

Depuis octobre 2019, le Liban souffre d’une crise économique, de l’arrivée massive de plus d’un million de réfugiés syriens et de la pandémie COVID-19. Aujourd’hui, s’ajoute à cela une explosion qui a secoué sa capitale Beyrouth, laissant derrière elle près de 300 000 sans-abris, plus de 170 morts et 6 000 blessés.

Selon l'UNICEF, 3 enfants ont perdu la vie et 31 ont été hospitalisés. Parmi les blessés, il y aurait près d'un millier d'enfants. Ce sont également 100 000 enfants qui ont été déplacés.

La population est sous le choc et inquiète pour son avenir et l’avenir de ses enfants. Les enfants sont particulièrement affectés par les scènes dont ils ont été témoins et les bruits qu'ils ont pu entendre. Découvrez leurs témoignages bouleversants.

Les enfants racontent l'épreuve vécue

Sirine, 12 ans, enfant parrainée, habite à Beyrouth avec sa famille. Elle qualifie l’explosion du 4 août de guerre et a l’impression de vivre au sein même d’une zone de conflits : « Ce qu'il s’est passé hier est pire qu’une guerre. J’étais dans la rue avec mes parents lorsqu’on a entendu l’explosion. On a d’abord regardé autour de nous pour voir si tout le monde allait bien. C’est là qu’on a vu un homme âgé au sol, recouvert de verre, il s’était évanoui. En fait, tout le monde était au sol, et il y a avait du verre de partout. Tous les magasins et les immeubles autour de nous étaient en ruine. On a essayé d’aider le plus de personnes possible. »

Sirine a d'abord cru que l’explosion avait seulement fait des dégâts dans les rues et touché les personnes qui se trouvaient à l’extérieur. « Quand on est arrivé à la maison, notre maison était détruite et j'ai retrouvé ma sœur blessée par des morceaux de verre. »

Tia, 11 ans, quant à elle, se trouvait en sécurité chez elle lorsque le bruit de l’explosion a retenti et l’a réveillé. « J’entendais mes voisins pleurer et hurler. Je n’ai pas compris ce qu'il se passait. Je suis sortie de chez moi et je voyais tout le monde crier. Personne n’était capable d’expliquer ce qu'il s'était produit. »

Tia se souvient de l’état d'affolement et de confusion dans lequel tout le monde se trouvait pendant les 30 premières minutes après l’explosion. « Lorsque j’ai retrouvé mes amis, on s’est pris dans les bras. On pleurait, et on ne comprenait pas ce qu’il se passait et ce qu’il allait arriver. »

Enfants, victimes de l'explosion de Beyrouth
Enfants, victimes de l'explosion à Beyrouth
Fille, victime de l'explosion à Beyrouth
Garçon, victime de l'explosion à Beyrouth

De nombreuses familles de réfugiés syriens ont fui la guerre en Syrie pour la banlieue de Beyrouth, dont Marwa, 12 ans fait partie. Il ne pensait pas un jour revivre les souvenirs de la guerre et réentendre des bruits qui s’y rapportent. « Les premières minutes, nous avons vécu dans la peur et la panique. Nous ne savions pas quoi faire ni comment réagir. Tout me rappelait la guerre en Syrie. »

Dina, 5 ans, n’a pas vécu la guerre dans son pays d’origine. Malgré tout, la puissance de l’explosion l’a traumatisée et affectée. « Je jouais avec mes amis dehors, quand soudain, on a entendu une voix, on n’a pas compris ce que c’était. Nos parents nous ont tout de suite ramené à la maison, ils avaient peur que quelque chose nous arrive ou que nous soyons touchés par une bombe. J'ai beaucoup pleuré parce que j’avais peur. Hier c’était vraiment une journée terrifiante. »

Les images du 4 août dernier sont tellement dures et traumatisantes qu’elles ne seront jamais oubliées ou effacées de la mémoire des familles et des enfants qui ont vécu ce drame. Cette fin de journée sera à jamais gravée dans les mémoires de ceux qui l’ont vécue, d'autant plus dans l'esprit des enfants, qui sont particulièrement vulnérables face à une telle épreuve. 

Les enfants ont besoin de vous pour oublier cet épisode traumatisant de leur vie. Grâce au soutien de ses donateurs, Vision du Monde met en place des cellules psychologiques auprès des enfants et de leur famille pour les aider à tourner une page sur ce qu'ils viennent de traverser. L'association répond également aux besoins urgents et vitaux des enfants qui ont tout perdu. 

 

Vous pourriez aussi être intéressé par...